Défense
Du Brésil à la France,  mobilisation pour sauver le porte-avions São Paulo

Focus

Du Brésil à la France, mobilisation pour sauver le porte-avions São Paulo

Défense
Histoire Navale

L’ex-porte-avions Foch, qui a servi au sein de la flotte française de 1963 à 2000 puis fut transféré au Brésil, va-t-il connaitre une seconde vie comme musée naval ?  C’est la volonté d’une association fondée par des vétérans des forces aériennes et de l’aéronavale brésiliennes, soutenus par d’anciens marins français et de nombreux passionnés des deux côtés de l’Atlantique.

Sistership du Clémenceau (1961-1997), démantelé en 2009 au Royaume-Uni, l’ex-Foch est un bâtiment de 265 mètres de long pour 51 mètres de large au niveau du pont d’envol et un déplacement lège d’environ 24.000 tonnes. Doté de six chaudières et deux groupes turbo-réducteurs, avec une puissance totale de 126.000 cv, le bâtiment pouvait atteindre la vitesse de 32 nœuds. Son équipage était formé par plus de 1000 marins, auxquels s’ajoutaient près de 700 personnels pour le groupe aérien embarqué, qui pouvait être composé d’une quarantaine d’aéronefs.

 

Le Foch en mars 1982 avec ses huit tourelles de 100mm et des Alizé sur le pont (@ JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Foch en mars 1982 avec ses huit tourelles de 100mm et des Alizé sur le pont (@ JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Dans les années 70 avec des Crusader, Etendard IV et Alizé sur le pont d'envol (@ US NAVY)

Dans les années 70 avec des Crusader, Etendard IV et Alizé sur le pont d'envol (@ US NAVY)

Le Foch dans les années 90 (@ MARINE NATIONALE)

Le Foch dans les années 90 (@ MARINE NATIONALE)

 

Après 37 ans de service au sein de la Marine nationale, le Foch fut remplacé par le Charles de Gaulle. Ce dernier, à défaut de voir comme initialement prévu son sistership construit, succéda en même temps au Clémenceau, avec toutes les problématiques de permanence du groupe aéronaval que connait depuis la France.

Après une remise à niveau et le débarquement de certains matériels, comme les systèmes Crotale et tourelles de 100mm, le Foch rejoignit donc le Brésil il y a un peu plus de 18 ans, en février 2001. Rebaptisé São Paulo, l’ancien porte-avions français, acquis pour une dizaine de millions d’euros, permit de remplacer le vieux Minas Gerais. Il s’agissait d’un ancien Colossus construit à la fin de la seconde guerre mondiale par la Royal Navy (HMS Vengeance), mis en service en 1945 et transféré en 1953 au Brésil, où il resta officiellement en service jusqu’à l’arrivée de Foch. Avec le São Paulo, plus grand et équipé de deux catapultes à vapeur longues de 50 mètres, la marine brésilienne comptait pouvoir déployer un groupe aérien embarqué comprenant jusqu’à 34 aéronefs, dont 18 avions de combat Skyhawk et différents types d’hélicoptères (Sea King, Super Puma, Esquilo…)

 

Un Skyhawk de l'aéronavale brésilienne ici lors de manoeuvres avec la marine américaine (@ US NAVY)

Un Skyhawk de l'aéronavale brésilienne ici lors de manoeuvres avec la marine américaine (@ US NAVY)

Le São Paulo avec le porte-avions américain USS Ronald Reagan (@ US NAVY)

Le São Paulo avec le porte-avions américain USS Ronald Reagan (@ US NAVY)

 

Pendant ses premières années de service sous pavillon brésilien, le bâtiment permit à la Marinha de réacquérir les compétences nécessaires à la mise en œuvre d’une aviation embarquée. Mais le navire souffrit rapidement de problèmes techniques. Victime de l’explosion d’une de ses chaudières en 2004, accident qui fit trois morts et une dizaine de blessés, le São Paulo fut réparé et modernisé entre 2005 et 2011. L’année suivante, alors qu’il était proche de reprendre du service, il subit cette fois un grave incendie, l’immobilisant de nouveau. Au final, il aura donc été très peu opérationnel depuis son départ de France.

Initialement, la marine brésilienne avait prévu de se doter de deux nouveaux porte-avions d’ici 2030 dans le cadre du programme PRONAE. Les difficultés économiques rencontrées par le pays ces dernières années, en particulier suite à l’effondrement des recettes liées au pétrole, ont néanmoins renvoyé ce projet à plus tard. Il fut donc annoncé en décembre 2014 une refonte de l’ancien Foch, avec en particulier une remotorisation, ainsi que l'achat de nouveaux avions compatibles avec le bâtiment, les vieux AF-1 Skyhawk, datant de 1977 (23 avaient été achetés en 1999 au Koweït) devant être retirés du service d’ici là. Le Gripen, retenu pour équiper les forces aériennes brésiliennes fin 2013, était

Marine brésilienne | Actualité de la Marinha do Brasil Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française