Marine Marchande
Du changement à la tête du premier port de France

Actualité

Du changement à la tête du premier port de France

Marine Marchande

Arrivé il y a 7 ans, le directeur général du Port autonome de Marseille quitte ses fonctions. C’est ce qu’a indiqué le représentant du ministère des Transports lors du dernier conseil d’administration, le 27 octobre dernier, saluant la « rigueur, la compétence et la ténacité » d’Eric Brassart. Le gouvernement a décidé de lui confier une nouvelle mission, dont on ne connaît pas pour l’instant la nature. Sur la question du nouveau directeur, l’avis du Conseil d’Administration sur la proposition émise par le ministre chargé des ports maritimes sera à l’ordre du jour, soit de la prochaine séance prévue le 24 novembre, soit d’une séance spéciale. Le Code des Ports prévoit, en effet, que l’avis du CA soit sollicité, avant la nomination d’un nouveau directeur par décret en Conseil des ministres. En attendant, c’est le directeur général adjoint du port autonome, Jean-Pierre Billat, qui assure l’intérim.

Des grands projets aux chantiers sociaux

La présence depuis 1998 d’Eric Brassart à la tête du PAM a été marquée par un renforcement de la position du port dans le domaine des conteneurs et une consolidation de son statut de leader européen dans le domaine des hydrocarbures. A son actif, on peut citer le choix de Fos pour la construction du 2ème terminal méthanier de GDF, le lancement de Fos 2XL, nouveau terminal à conteneurs dont l’objectif est de tripler le trafic conteneurs du PAM, la relance de la Zone Industrielle de Fos, la réalisation des premiers entrepôts sur la zone logistique Fos Distriport, la construction de la plus grande structure d’accueil de croisiéristes de Méditerranée et d’une gare maritime destinée aux passagers vers le Maghreb et la Corse. Côté social, Eric Brassart a négocié en 1999 les accords sur la réduction du temps de travail avec à la clef, 176 recrutements ; puis le départ des travailleurs exposés à l’amiante en 2002 et, enfin, l’année suivante, un accord d’intéressement du personnel aux performances de l’établissement. La fin de son mandat a bien entendu été marquée, fin septembre début octobre, par une grève des agents du port. Ce conflit, pour dénoncer des « menaces de privatisations », avaient entraîné le blocus des terminaux de Marseille, Fos et Lavera, ralentissant l’activité du PAM et mettant en difficultés de nombreuses entreprises opérant sur ce secteur.

Port de Marseille