Défense
SCAF : les enjeux de la navalisation du NGF
ABONNÉS

Actualité

SCAF : les enjeux de la navalisation du NGF

Défense

Comme le Charles de Gaulle avec les anciens Super Etendard Modernisés (SEM), qu’il a embarqués de 2000 à 2016, le porte-avions de nouvelle génération (PANG) débutera sa carrière à la fin des années 2030 avec un groupe aérien embarqué (GAé) comprenant des Rafale Marine, qui continueront d’évoluer dans les prochaines années. Puis ces appareils, dont les premiers furent mis en service en 2001 (à l’époque uniquement dans une version air-air retrofiée ensuite), seront remplacés par les New Generation Fighters (NGF), avec une période plus ou moins longue de cohabitation. Le GAé comprendra également des avions de guet aérien et de commandement E-2 D Advanced Hawkeye, dont trois exemplaires vont être commandés pour succéder aux actuels E-2C à la fin de cette décennie, ainsi que des hélicoptères et des drones.

Le NGF est l’un des éléments du programme de système de combat aérien futur (SCAF) lancé en 2017 par la France et l’Allemagne, auxquelles s’est associée l’Espagne l’année suivante. Aussi appelé FCAS (future combat aerial system), il permettra d’interconnecter les moyens aériens actuels de chaque pays avec le NGF mais aussi un ensemble de nouveaux drones et armements mis en œuvre par les avions, depuis la terre ou des plateformes navales. Par

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française