Vie Portuaire
Dubaï Ports World : La maison mère au bord de la faillite

Actualité

Dubaï Ports World : La maison mère au bord de la faillite

Vie Portuaire

Inquiétude, dans le golfe et sur les places financières internationales, après l'annonce de la possibilité que Dubaï se retrouve en défaut de paiement. . Dépourvu comme ses voisins de grandes réserves de pétrole, le « Hong Kong des sables » a développé sa puissance grâce à Dubaï World, conglomérat dont l'émirat a demandé le rééchelonnement de la dette jusqu'au 30 mai 2010 au moins. Cette compagnie parapublique, qui a pris son essor au prix d'un endettement colossal (59 milliards de dollars), est la maison mère de plusieurs structures, comme la compagnie aérienne Emirates et le géant portuaire DP World. Ce dernier exploite, outre le hub géant de Jebel Ali et sa capacité annuelle de 9 millions d'EVP, pas moins de 49 terminaux portuaires dans le monde. Repreneur du Britannique P&O Ports il y a quatre ans, Dubaï Ports World s'est également allié au Français CMA CGM pour créer la joint venture PortSynergy, qui exploite notamment, via la GMP, le Terminal de France, au Havre. Impliqué dans une douzaine de grands projets internationaux, dont « London Gateway », DP World a, par ailleurs, lancé une importante politique de développement sur le continent africain, en s'implantant à Alger, Dakar ou encore Djibouti. La faillite potentielle de Dubaï World et, en fait, de l'Etat de Dubaï lui-même, serait donc une très mauvaise nouvelle. « De fait, il y a une menace. Mais l'intérêt de Dubaï reste de se transformer en grande plateforme financière, logistique et touristique. On voit donc mal l'Etat se passer d'une activité pérenne et la sacrifier. De plus, dans le contexte actuel, on peut se demander qui pourrait racheter DP World », analyse Paul Tourret, directeur de l'Institut Supérieur d'Economie Maritime (ISEMAR).

Divers Ports