Vie Portuaire
Dunkerque crève le plafond de la multimodalité grâce au pipe-line

Actualité

Dunkerque crève le plafond de la multimodalité grâce au pipe-line

Vie Portuaire

La répartition modale des ports est devenue un enjeu de compétitivité. Avec le développement des entrées de GNL, le Grand Port Maritime de Dunkerque dépasse les 50% de parts modales pour les modes massifiés. Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

Dans la loi de 2008, le gouvernement de l’époque a eu pour ambition de graver le report modal dans le marbre en demandant que les modes massifiés atteignent chacun 20% des pré et post acheminements. Dans l’esprit de la loi, le législateur visait principalement les transports ferroviaires et fluviaux.

Une ambition que le GPM de Dunkerque ne prend pas à la légère. Depuis quelques années, la part du ferroviaire et du fluvial ont dépassé la barre des 50%. Disposant d’un réseau fluvial à grand gabarit vers Valenciennes et la Belgique, de liaisons ferroviaires étendues, Dunkerque a « crevé » le plafond grâce au pipe-line en 2019. L’entrée en service du nouveau terminal méthanier en juillet 2016 a donné un nouvel élan aux trafics énergétiques dans le port septentrional. Pour sa troisième année de plein exercice, le terminal affiche une croissance de plus de 317% à 5,1 Mt (voir notre article sur les résultats du GPM de Dunkerque).

Dans ce contexte, les pré et post acheminements par pipe-line ont progressé de 23 points pour s’établir à 34%. Ajouté à cela une part du fluvial de 11% et du ferroviaire de 20%, les modes massifiés pèsent désormais 65%. La route entre pour sa part à hauteur de 45% des trafics terrestres.

Le dynamisme du trafic par pipe-line ne doit pas cacher d’autres éléments. En effet, le fluvial a vu son trafic progresser de 200 000 t grâce à la bonne campagne céréalière de la fin de l’année 2019 et au développement des opérations fluviales conteneurisées par Nord Port Shuttle. Si ce trafic progresse en tonnage, il voit sa part se restreindre et perdre un point à 11%. Quant au ferroviaire, il a subi les effets des mouvements sociaux de fin d’année et a perdu 100 000 t. Sa part dans les pré et post acheminements est passée de 29% à 20% en 2019.

« Le port de Dunkerque met tout en œuvre pour favoriser les modes de transport terrestres plus vertueux. Ces dernières années, la mise en place du système dit de "mutualisation des THC" a permis de donner un coup de fouet au transfert fluvial de conteneurs. En 2020, nous porterons une attention toute particulière au développement de la capacité et de la fréquence des navettes de transport combiné ferroviaire opérées par Novatrans, Greenmodal et Flex NPS », a indiqué Stéphane Raison, président du directoire du GPM de Dunkerque.

 

Port de Dunkerque | Toute l'actualité de la capitainerie