Vie Portuaire
Dunkerque : la solidarité s’est mise en place rapidement sur le port

Actualité

Dunkerque : la solidarité s’est mise en place rapidement sur le port

Vie Portuaire

La solidarité entre ouvriers dockers et patrons des quatre sociétés de manutention s’est rapidement mise en place dès le début de la crise du Covid-19. Le port a pu fonctionner tout au long du mois de mars. Avril pourrait être plus compliqué. Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

La place portuaire de Dunkerque a toujours mis en avant sa dynamique entre les ouvriers dockers de la CNTPA, les manutentionnaires et l’autorité portuaire. L’annonce le 17 mars des mesures de confinement a de suite mobilisé les opérateurs pour que la place portuaire puisse assurer une continuité de service. Du côté du syndicat CNTPA, dès l’annonce de la période de confinement, les délégués syndicaux et les représentants dans les CHSCT ont mis en place une solidarité avec les entreprises de manutention. « Dans cette période, il n’y a plus de patrons et de syndicats. Nous avons tous un rôle à jouer pour que la nation continue de s’alimenter et reçoivent les biens de première nécessité dont les gens ont besoin », nous a confié Franck Gonsse, secrétaire national de la CNTPA.

Assurer le service tout en protégeant les ouvriers

Il a fallu organiser la solidarité pour permettre aux dockers de travailler dans des conditions de sécurité face au Covid-19. « Nous avons tout mis en place avec les sociétés de manutention pour que nous n’ayons pas d’interruption de service », assure Franck Gonsse. Au final le port a fonctionné pendant le mois de mars à un rythme normal. Des actions de solidarité qui ont été jusqu’à voir un boulanger apporter des viennoiseries aux dockers avant la prise du shift. « Un geste qui nous a fait chaud au cœur ».

Le secrétaire du syndicat a aussi pris soin de ne pas mettre en péril la santé des ouvriers. Dès les premiers symptômes, les personnes ont été confinées pour se soigner et éviter de propager le virus. « Nous avons eu trois cas suspects qui ne se sont pas révélés être des atteintes du virus. Aujourd’hui, ils sont opérationnels pour revenir travailler ».

Avril s’annonce plus compliqué

Port d’entrée d’une partie des exportations de bananes de Martinique et Guadeloupe, Dunkerque traite de nombreux trafics en conteneurs mais aussi en vrac. Si le mois de mars a connu une activité relativement normale, le mois d’avril est plus difficile à appréhender. Déjà, une partie du trafic conteneur est destiné à l’usine Toyota de Onnaing. Or, elle a fermé ses portes en raison de la baisse d’activité. Du côté des vracs secs, ArcelorMittal a fermé les hauts-fourneaux 2 et 3. Les approvisionnements vont se réduire dans les prochains jours. Ensuite, ce sont toutes les entreprises qui travaillent avec le port qui souffrent du ralentissement de l’économie mondiale. « Nous allons certainement voir une baisse de trafic dans les prochains jours », regrette Franck Gonsse. La seule possibilité qui s’ouvre pour éviter le chômage partiel vise à solder les congés avant le 1er mai 2020.

Quant à la reprise et à la fin du confinement, le responsable syndical souhaite que les choses soient prises en amont. « Tout ne va pas redémarrer de suite. Il faut commencer, dès maintenant, à imaginer la façon dont l’activité industrielle et économique va reprendre et comment nous nous intégrerons dans ce schéma. Nous attendons de la part du gouvernement des annonces claires sur ce sujet ».

 

Port de Dunkerque Coronavirus (Covid-19)