Vie Portuaire
Dunkerque : Total va-t-il investir dans le terminal méthanier ?

Actualité

Dunkerque : Total va-t-il investir dans le terminal méthanier ?

Vie Portuaire

Alors que l'avenir de la raffinerie des Flandres est toujours très incertain, Total pourrait investir dans le projet de terminal méthanier de Dunkerque. C'est ce qu'a annoncé dans son édition de vendredi Le Télégramme, évoquant des sources proches du dossier. Le groupe pétrolier pourrait, ainsi, entrer à hauteur de 10% dans le tour de table de ce projet, porté depuis plus de trois ans par EDF et le Grand Port Maritime de Dunkerque. Indépendant de la raffinerie, ce projet verrait l'installation, sur la zone de Clipon, d'une infrastructure dotée de trois cuves dont la capacité annuelle atteindrait 10 à 13 milliards de m3. Prévu pour entrer en service en 2014, le terminal méthanier représente un investissement de 700 millions d'euros pour EDF, 300 millions d'euros pour GRT GAZ et 50 à 70 millions d'euros pour le GPMD. Il devrait générer un trafic de l'ordre de 4 à 5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an, ainsi que 50 emplois directs et 100 emplois indirects (et jusqu'à 1200 emplois sur le chantier du futur site en période de pointe).

« Tromper l'opinion publique »

Pour les défenseurs de la raffinerie des Flandres, le projet de terminal méthanier ne constitue pas une solution en cas de fermeture du site, qui fait vivre 800 salariés de Total et sous-traitants. Pour la CGT du groupe pétrolier, le terminal méthanier n'assurerait en aucun cas la pérennité de l'activité industrielle générée par la raffinerie. Une éventuelle annonce d'un investissement de Total dans le terminal méthanier est considérée comme une diversion par les syndicats et les élus locaux. « En présentant l'investissement de Total dans un futur terminal méthanier à Dunkerque comme l'une des principales contreparties à la fermeture possible de la raffinerie des Flandres à Dunkerque, le gouvernement et le groupe Total veulent tromper l'opinion publique », estime le député-maire socialiste de Dunkerque. Michel Delebarre réclame le maintien de l'activité sur la raffinerie des Flandres.
C'est d'ici la fin du premier semestre que Total, qui évoque une surcapacité européenne en matière de raffinage, doit décider de la fermeture, ou non, de son site nordiste, l'une des six raffineries du groupe en France.
Aujourd'hui, chez Total, un comité central d'entreprise sera consacré à l'avenir de la raffinerie des Flandres et la situation du raffinage en France. La direction propose, notamment, la création à Dunkerque d'un centre d'assistance technique aux opérations de raffinage pour l'ensemble du groupe.

Port de Dunkerque Total | Actualité maritime du groupe énergétique français