Défense
ECA développe un USV à partir d’une vedette SNSM

Actualité

ECA développe un USV à partir d’une vedette SNSM

Défense

Le groupe de robotique français continue de capitaliser sur le bureau d’études Mauric, dont il a pris le contrôle fin 2016. Après avoir développé ensemble une gamme de bateau-mères pour la mise en œuvre de drones de guerre des mines, ils ont cette fois conçu un nouvel USV (Unmanned Surface Vehicle) sur la base d’un modèle de vedette de sauvetage de la SNSM. Il s’agit des V2 NG, vedettes de seconde classe de 12 mètres dont une vingtaine d’exemplaire ont été produits. Datant de 2008, le design imaginé par Mauric a été amélioré en 2014. Ces bateaux en composite, équipés de deux moteurs diesels de 410 cv, sont réputés pour leur tenue à la mer et conçus pour être « auto-redressants », c’est-à-dire qu’ils ne peuvent théoriquement pas chavirer.

 

L'une des V2 NG de la SNSM 

L'une des V2 NG de la SNSM (© DR)

V2 NG en construction, ici chez Sibiril en 2017 

V2 NG en construction, ici chez Sibiril en 2017 (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Les ingénieurs d’ECA et Mauric sont donc partis de cette plateforme éprouvée pour développer un nouveau de drone de surface, l’Inspector 125. Ce dernier hérite des principales caractéristiques de la vedette des sauveteurs en mer, son architecture étant adaptée à la mise en œuvre d’un sonar tracté ainsi que de drones sous-marins (Autonomous Underwater Vehicles – AUV) et robots télé-opérés (Remote Operated Vehicles).

« Avec une longueur de 12.3 mètres et une largeur hors tout de 4.2 mètres, L’Inspector 125 peut emporter jusqu’à 3 tonnes de charge utile. En version standard il est équipé de deux hydrojets lui permettant une vitesse de pointe supérieure à 25 noeuds à pleine charge, mais est aussi proposé avec des hélices pour répondre à des besoins de traction particuliers. Son vaste pont arrière, sa mature et son mât sous-marin permettent l’emport de nombreuses charges utiles et capteurs spécifiques aux missions de surveillance, de survey océanographique ou de déminage », explique ECA.

 

L'Inspector 125 avec un AUV du type A-18M 

L'Inspector 125 avec un AUV du type A-18M (© ECA GROUP)

 

Le nouveau drone est notamment capable d’embarquer les engins développés par le groupe, comme le sonar T18-M, l’AUV A18-M, le ROV d’identification de mines Seascan ou encore les robots de neutralisation K-Ster C, qui se font exploser avec les mines. La plage arrière peut par exemple accueillir simultanément deux Seascan et six K-Ster C.

Conçu pour évoluer dans des conditions de mer difficiles, l’Inspector 125 peut aussi être équipé d’un système de dragage composé de plusieurs modules électromagnétiques et acoustiques. Il est également en mesure d’accueillir à son bord ou sous sa coque des senseurs complémentaires utiles pour des missions de survey océanographique et d’autres effecteurs lorsqu’il opère en mode «manned », c’est-à-dire avec du personnel à bord.

 

Drones