Défense
ECA et Mauric travaillent sur des bateaux-mères pour la guerre des mines robotisée
ABONNÉS

Actualité

ECA et Mauric travaillent sur des bateaux-mères pour la guerre des mines robotisée

Défense

Repris fin 2016 par ECA Group, le bureau d’architecture navale Mauric s’est logiquement penché sur l’un des domaines de prédilection de sa nouvelle maison-mère : la guerre des mines. Sur ce marché, ECA propose toute une gamme de drones de surface (USV), de drones sous-marins (AUV) et de robots télé-opérés (ROV) chargés de détecter, identifier et neutraliser les mines. Des engins qui peuvent être mis en œuvre à partir de la terre ou depuis des bateaux-mères.

Pour ces derniers, Mauric a travaillé sur des designs de navires spécifiquement adaptés aux drones d’ECA et qui reprennent certaines caractéristiques de patrouilleurs précédemment conçus par l’entreprise. Deux modèles sont notamment commercialisés. Long de 32 mètres pour une largeur de 7.5 mètres, l’Octopeda 300 est un navire proposé en aluminium ou matériaux composites capable d’atteindre 20 nœuds et de franchir 1000 milles à 15 nœuds. Offrant une autonomie d’une semaine et mis en œuvre par un équipage de 8 marins, auxquels s’ajoutent 4 personnels dédiés à la mission,  il peut déployer différents drones. D’abord deux AUV légers de détection et de classification du type A9 (2 mètres de long, 23 centimètres de diamètre, 70 kilos), qui sont équipés d’un sonar latéral. S’y ajoutent deux ROV d’identification et d’inspection de type Seascan (1.6 mètre de long, 50 kilos) dotés notamment de caméras, ainsi que six ROV dédiés à la neutralisation des mines. Ces engins de type K-Ster C, dotés d’une charge se creuse, sont des consommables et se font exploser avec la mine.

 

Drones maritimes | Toute l'actualité des systèmes navals robotisés