Défense
ECA : la robotique au service de la mer

Actualité

ECA : la robotique au service de la mer

Défense

La Marine Nationale a réceptionné en début d'année son septième drone de surface baptisé Inspector développé par la PME française ECA. Dernièrement l'Inspector a réalisé des essais en Allemagne et pourrait intéresser la Bundesmarine. Pour la Royale française, cet USV (Unmanned Surface Vehicle) pneumatique semi-rigide de 7 mètres de long remplie principalement deux missions : la surveillance et la sécurité déportée des ports en embarquant une caméra et participe à l'entraînement des forces en tractant une cible pour les tests des missiles. Mais l'Inspector développé par la société toulonnaise peut remplir d'autres missions. Contrôlé depuis un navire ou d'une station installée au sol, le drone est conçu pour être modulaire et peut recevoir plusieurs types de senseurs. Avec une portée de 10 miles nautiques, il peut participer à la guerre des mines en tractant un sonar, voir un drone sous-marin d'identification et de destruction de mines (Kster, voir ci-dessous). Il peut également être muni d'un dispositif remorqué pour faire de la cartographie des fonds sous-marins.

(Copyright : ECA)
(Copyright : ECA)

L'offre anti-mines

La société, spécialisé en robotique, a réalisé en 2007 un chiffre de 28 millions d'euros, dont près de la moitié à l'export. Avec près de 180 collaborateurs, la gamme d'ECA vise autant des applications civiles (systèmes d'inspection pour centrale nucléaire...) que militaires. Quelques-uns de ses drones terrestres sont récemment parti en Afghanistan pour remplir des missions de déminages et lutte contre les IED au profit des forces françaises engagées dans l'est du pays. Présent à Euronaval, la société présente sa gamme maritime avec des produits évoluant en surface ou sous la mer. Très présente sur le segment de la guerre des mines, ECA fournit des solutions de robotiques et d'intelligence artificielle depuis plus de 40 ans, notamment avec le PAP 104, véhicule mouilleur de mines, vendu à près de 20 marines dans le monde. Proche de la marine nationale, et présent dans les études amonts de la DGA, ECA affirme sa vocation de fournisseur de systèmes sous-marins robotisés.

(Copyright : ECA)
(Copyright : ECA)

L'AUV Alister

Outre les USV, ECA présente un AUV (Autonomous Underwater Vehicle) : l'Alister. D'un poids de 900 kg, l'Alister peut plonger jusqu'à une profondeur de 300 mètres pour faire de la lutte contre les mines, de l'hydrographie, des missions de reconnaissance ou servir de leurre anti-torpilles, en fonction des senseurs qu'il embarque. Avec une endurance de près de 20 heures et une vitesse maximale de 8 noeuds, la Marine Nationale a effectué des tests de cet AUV pour préparer les missions de guerre des mines de demain.

Le ROV Olister

Dans le segment des ROV (Remotely Operated Vehicle), ECA présente le drone Olister (3 mètres de long pour 600 kg), qui existe dans deux versions. Dans sa configuration FDS (Forward Detection Sonar), le module est équipé d'un système de détection à l'avant pour mener des missions de chasse aux mines de longue durée à l'avant du bateau, de détection et classification des mines à orins et des mines de fond ainsi que de surveillance et inspection de fonds marins. La configuration MIDS (Mine Identification Disposal System) permet de remplir des missions de relocalisation, d'identification et de destruction des mines. Le ROV peut mener des inspections entre deux eaux et des fonds marins.

(Copyright : ECA)
(Copyright : ECA)

Le ROV K-Ster

Dans le segment des ROV, ECA présente également le K-Ster (1 ,5 mètres, poids de 50 kg), ou armes anti-mines pouvant être mis en oeuvre depuis des plates formes dédiées ou non, et efficace en eaux peu profondes comme en grand fonds (jusqu'à 300 mètres). Les principaux avantages de K-Ster sont sa tête pivotante pour une attaque en précision et le drone est présenté comme efficace contre tous types de mines (à orins, de fond et enfouies). Plus de 100 K-Ster ont été vendus depuis 2007.

Guillaume Belan