Divers
Echanges de compétences pour fortifier les chantiers européens

Actualité

Echanges de compétences pour fortifier les chantiers européens

Divers

Alors que le naval militaire prépare son rapprochement, avec un mariage annoncé entre DCN et Thalès pour septembre; les chantiers civils jouent la carte de l’échange de savoir-faire. Regroupés depuis 2003 au sein du programme Intership; Fincantieri, Alstom, Meyer Werft et Aker Finnyards renforcent leurs échanges dans 7 domaines de recherche et de développement (R&D), afin de faire face à la concurrence asiatiques. En mettant en commun ce que chacun sait faire de mieux (découpage au laser pour Meyer-Werft, pré armement à Saint-Nazaire…), les constructeurs européens espèrent baisser leurs coûts de 30%. Pour cela, des efforts doivent être réalisés dans l’industrialisation des processus de production ou encore l’informatisation. Un autre secteur d’importance, celui de l’utilisation des nouveaux matériaux, devrait être largement étudié à Saint-Nazaire. Le gouvernement a en effet retenu en juillet le pôle de compétitivité EMC2. Le projet, porté par Chantiers de l’Atlantique, Airbus, DCN et Beneteau doit permettre de parfaire la recherche et la maîtrise des matériaux complexes.
Face à la montée en puissance technique des chantiers coréens et bientôt chinois, le vieux continent conserve encore la première place mondiale en terme d’importance économique. La menace est toutefois bien réelle et les membres d’Intership ont signé, en ce sens, la charte Leadership 2015. Elle doit leur permettre de maintenir une position dominante sur le marché de des navires à passagers, première de leurs sources de revenus. Selon la Chambre syndicale des constructeurs de navires, le chiffre d’affaire européen s’est élevé en 2003 à 14 milliards d’euros contre 9 milliards pour la Corée du sud, 9 milliards pour le Japon et 3 milliards pour la Chine.
Financé pour moitié par Bruxelles, le programme Intership dispose d’un budget de 40 millions d’euros. Outre les quatre principaux chantiers italien, français, allemand et finlandais, il comprend aussi l’espagnol Navantia, l’allemand FSG, le portugais ENVC et une soixantaine de grands sous-traitants et partenaires des constructeurs.

Fincantieri Groupe Bénéteau Meyer Turku (ex-STX FINLAND) Meyer Werft