Marine Marchande
Ecoles de la Marine Marchande : Nantes et Saint-Malo luttent pour leur survie

Actualité

Ecoles de la Marine Marchande : Nantes et Saint-Malo luttent pour leur survie

Marine Marchande

Manifestations, lettres ouvertes, élus locaux montant au créneau... L'inquiétude s'est fait sentir, ces dernières semaines, dans les écoles nationales de la marine marchande (ENMM) de Nantes et Saint-Malo. Si, en coulisse, on évoque depuis plusieurs années une éventuelle fermeture de ces établissements, la menace s'est faite plus pressante le mois dernier. Décidé à réformer l'enseignement maritime français, articulé autour de quatre ENMM (également appelées Hydros) et 12 lycées maritimes, Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports, s'est fait plus précis quant aux orientations que le gouvernement souhaite prendre. Evoquant les premières conclusions de la table ronde qui s'est tenue le 31 janvier entre ministère, armateurs, acteurs de la formation maritime et élus, Dominique Bussereau a ouvertement évoqué la baisse du nombre d'ENMM. « La réduction à deux du nombre de sites a fait l'objet d'un large consensus lors de cette table ronde. Ce regroupement s'accompagnera d'un partenariat renforcé avec les armements et les établissements d'enseignement supérieur », a indiqué le secrétaire d'Etat devant les armateurs, le 1er avril dernier. Sans jamais être citées, Nantes et Saint-Malo sont évidemment sur la sellette.

Quatre écoles, deux filières

Après la fermeture de Paimpol, en 1988, les ENMM ne sont a