Construction Navale
ECUME NG : Déception au chantier naval Ufast de Quimper

Actualité

ECUME NG : Déception au chantier naval Ufast de Quimper

Construction Navale

On se dit très déçu, à Quimper, après que la Direction Générale de l'Armement ait fait savoir aux candidats en lice pour le programme des nouvelles embarcations commando de la Marine nationale que sa préférence allait à l'offre de Zodiac International. Il faut dire que le petit chantier breton, en concurrence avec deux géants internationaux (Zodiac et Halmatic) n'a pas ménagé sa peine pour décrocher cet important contrat. Sur fonds propres, cette PME, en partenariat avec le bureau d'études Pantocarène, a développé pour les besoins du projet un démonstrateur de son UFR 9.30, qui a été testé avec succès au large de la Bretagne. « Celui-ci nous a permis de valider avec un produit innovant et de qualité, toutes les exigences techniques et opérationnelles de l'appel d'offres. Il a été notamment testé par d'anciens commandos et la DGA, qui l'ont trouvé parfait », explique Virginie Monnier-Fleury, qui a repris le chantier en 2008. La patronne d'Ufast pense que son offre était sans doute un peu plus chère, « mais pas de grand-chose », pour une raison très simple. « Une PME comme la notre est dans l'obligation de répercuter sur un tel programme la totalité de ses frais d'études, de développement et d'outillages. Nos concurrents n'avaient pas ce problème, notamment du fait qu'ils pouvaient déjà s'appuyer sur des modèles existants et, pour Halmatic, sur le prototype réalisé lors du premier appel d'offres qui a été annulé en 2009 ».

Le prototype de l'UFR 9.30 (© : UFAST)
Le prototype de l'UFR 9.30 (© : UFAST)

Pas de « préférence nationale »

Chez Ufast, on regrette que la seule offre « 100% française » présentée n'ait pas été retenue. « Ce nouvel appel d'offres de la DGA s'inscrivait dans un environnement très concurrentiel avec un cahier des charges particulièrement exigeant et complexe. Nous étions trois finalistes à l'issue d'une première sélection dont une seule PME française face à deux géants : Zodiac, qui a été racheté par le fonds de pension américain Carlyle et Halmatic, filiale du groupe britannique BAE System. Nous avons pensé que, s'agissant d'une commande d'Etat, une sorte de préférence nationale nous permettrait de poursuivre notre développement. Surtout que nous étions le seul chantier à proposer l'entière réalisation des embarcations en France. Mais tout chef d'entreprise sait qu'il y a un fossé entre les grands discours politiques sur la ré-industrialisation et la réalité sur le terrain », regrette Virginie Monnier-Fleury. Déçu, mais pas abattu, Ufast veut désormais aller de l'avant et compte bien, avec son UFR 9.30, conquérir d'autres clients. Certes, l'embarcation ne sera pas « labellisée » par son utilisation dans la Marine nationale, ce qui constitue toujours un gros coup de pouce sur les marchés export, mais les essais réalisés ont montré toutes les capacités de ce nouveau produit. Long de 9.3 mètres pour une masse de 2.5 tonnes, l'UFR 9.30 est réalisé en composite carbone-kevlar. Disposant de deux moteurs de 400 cv, il peut dépasser la vitesse de 45 noeuds et affiche une autonomie de 250 nautiques. Armée par un équipage de 4 hommes, cette embarcation peut transporter 8 commandos.

Le prototype de l'UFR 9.30 (© : UFAST)
Le prototype de l'UFR 9.30 (© : UFAST)

D'autres projets en vue

Au-delà des embarcations commando, Ufast, qui a connu un beau développement en passant, depuis la fin 2008, de 6 à 35 employés, est actuellement sur le pont pour mener à bien la livraison des 8 Vedettes de Surveillance Maritime et Portuaire (VSMP) commandées par la DGA pour la Gendarmerie maritime, dans le cadre du plan de relance de l'Economie initié en 2009. Les deux premières viennent d'arriver au Havre et les 6 autres seront livrées à Marseille, Cherbourg, Brest et Toulon entre le 20 avril et le 13 juin. Le chantier breton travaille également sur un autre projet pour l'Etat et compte bien décrocher de nouvelles commandes. « Nous nous remobilisons avec l'ensemble du personnel sur de nouveaux projets que nous devrions présenter prochainement », souligne Virginie Monnier-Fleury.

VSMP (© : UFAST)
VSMP (© : UFAST)