Energies Marines
EDF sélectionne Saint-Nazaire pour les sous-stations de ses parcs français

Actualité

EDF sélectionne Saint-Nazaire pour les sous-stations de ses parcs français

Energies Marines

Excellente nouvelle pour les chantiers de Saint-Nazaire, qui entrent en négociations exclusives avec EDF Energies Nouvelles pour la conception et la réalisation des sous-stations électriques destinées aux futurs parcs éoliens offshore de Guérande, Courseulles-sur-Mer et Fécamp.

L’offre présentée par STX France, à la tête d’un groupement comprenant également General Electric et SDI (filiale française de l’armateur belge DEME), a été retenue par EDF EN à l’issue d’un appel d’offres international. Les discussions se poursuivent en vue de la signature prochaine du contrat.

Une commande espérée au printemps

Alors que les trois champs développés par l’énergéticien font encore l’objet d’ultimes recours, les chantiers nazairiens espèrent conclure la commande dans les tous prochains mois. « Si l’on veut installer ces sous-stations en 2020, il faut que la commande intervienne au printemps. Nous devons en effet composer avec des échéances industrielles et les conditions météorologiques, qui empêchent d’effectuer les opérations de pose en mer durant la période hivernale », explique Laurent Castaing, directeur général de STX France. Ce dernier se félicite évidemment du choix annoncé le 1er mars par EDF. « La compétition internationale est actuellement difficile sur le segment des sous-stations et le fait que nous ayons été retenus à l’issue d’un appel d’offres est la preuve que nous sommes désormais reconnus sur ce marché grâce à des solutions innovantes et compétitives ».

En groupement avec GE et DEME

Alors que STX France a déjà réalisé trois sous-stations électriques pour des champs situés au Royaume-Uni (P33 de 210 MW pour le parc Westermost Rough en 2014), en Belgique (Q34 de 309 MW pour Rentel

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire