Marine Marchande
Edouard Louis-Dreyfus : « Nous sommes sur une forte dynamique de croissance »
ABONNÉS

Interview

Edouard Louis-Dreyfus : « Nous sommes sur une forte dynamique de croissance »

Marine Marchande
Energies Marines

Développement dans les énergies renouvelables mais aussi activité dans les secteurs du vracs, de la logistique portuaire ou encore de la pose et de la maintenance de câbles sous-marins. Après une période difficile, Louis Dreyfus Armateurs a retrouvé de belles couleurs.

A l’occasion de la mise en service du Wind of Change, premier navire de soutien à l’éolien offshore de LDA, nous faisons le point avec Edouard Louis-Dreyfus sur l’activité et les ambitions du groupe.

Vous vous êtes attaqués à un nouveau marché, sur lequel de grands noms étrangers étaient déjà positionnés depuis des années, on imagine que cela n’a pas été une mince affaire…

En effet et nous sommes très fiers d’avoir été choisis par Ørsted, qui est le leader mondial du développement de champs éoliens offshore. Au début de la compétition, nous avions face à nous 17 spécialistes reconnus, et personne ne nous regardait comme un concurrent sérieux. Et puis nous sommes parvenus à convaincre, grâce aux solutions que nos équipes ont su apporter, à notre expérience dans l’offshore et notre capacité à gérer des opérations maritimes complexes, à l’image de la sismique comme de la pose et la maintenance de câbles sous-marins. Nous sommes ainsi parvenus à entrer dans cette activité par le haut du marché et je pense sincèrement que le Wind of Change est le SOV le plus performant et le mieux équipé du marché. Nous commençons maintenant les opérations, cela fonctionne et nous allons bien entendu capitaliser sur ce succès.

Vous tablez comme sur d’autres activités développées par LDA sur des services globaux ?

Nous déployons la même stratégie que celle qui a fait notre succès dans le câble, avec la volonté de proposer à nos clients des services à forte valeur ajoutée et de leur proposer des solutions globales qui leur permettent de n’avoir qu’un seul interlocuteur. L’idée est de leur dire : demandez-nous ce dont vous avez besoin et nous saurons performer. S’il nous manque une compétence, on la développe. C’est ce que nous venons de faire avec PlenR, une société spécialisée dans la gestion d’éoliennes et la certification de maintenance. Ce sont des métiers hyper-compétitifs qui se jouent au centime près. Il faut donc être sûr de soi et dans une maîtrise parfaite des coûts, c’est pourquoi nous internalisons les compétences.

Aujourd’hui le Wind of Change embarque des techniciens du client ou des turbiniers. Demain, des équipes LDA pourraient-elles gérer directement la maintenance des machines ?

Nous y travaillons. A bord de nos navires, nos marins savent faire des choses très compliquées et nous sommes persuadés qu’ils sont aussi capables de prendre en charge cette partie. L’arrivée des SOV est une première étape et, maintenant que nous allons avoir des actifs sur les champs éoliens et que nous renforçons nos compétences, nous pourrons dans les années qui viennent proposer des prestations complémentaires, y compris la maintenance des éoliennes par des équipes de techniciens LDA.

Louis Dreyfus Armateurs