Science et Environnement
Efinor Sea Cleaner : plus de 100 bateaux dépollueurs vendus à travers le monde

Actualité

Efinor Sea Cleaner : plus de 100 bateaux dépollueurs vendus à travers le monde

Science et Environnement
Vie Portuaire
Construction Navale

Dans les ports, sur la côte ou en pleine mer, l’ancienne société bretonne Ecocéane, créée en 2004 et devenue fin 2018 Efinor Sea Cleaner suite à sa reprise par le groupe normand Efinor, a passé la barre des 100 bateaux dépollueurs vendus à travers le monde. Dernier contrat majeur en date, celui avec l’Egypte, qui lui a commandé cinq bateaux d’une douzaine de mètres qui seront affectés au canal de Suez.

Basée à Paimpol (Côte d’Armor), où elle dispose d’un chantier naval, l’entreprise a développé toute une gamme de bateaux en aluminium spécialisés dans la récupération de déchets flottants, qu’ils soient solides ou liquides (y compris des hydrocarbures). Une gamme qui se répartit en trois principaux types : le Waste Cleaner (6 à 10 mètres) pour la maintenance portuaire, le Multi Cleaner (10 à 20 mètres) dédié à la protection des côtes et des grands ports, ainsi que le Spill Cleaner (20 mètres et plus) destiné à la veille et les interventions hauturières. Pour l’heure, la société a vendu dans une trentaine de pays des unités allant jusqu’à 25 mètres. Mais elle a l’ambition d’aller plus loin et travaille actuellement sur des projets de navires de 40 à 60 mètres.

 

(©  

(©  EFINOR SEACLEANER)

 

Tous les bateaux conçus et produits par Efinor Sea Cleaner s’appuient sur des technologies brevetées. « Le principe est d’aspirer tout ce qui flotte, solide ou liquide. Pour cela, nos bateaux sont des catamarans dotés d’une étrave fermée pour faciliter les transits et qui s’ouvre en opération. Le bateau a toujours la même assiette et le même enfoncement, avec le maintien d’une même pression entre l’intérieur et l’extérieur, il n’y a pas d’effet de carène liquide. Entre les deux coques, un flux se forme grâce à une hélice intégrée dans un tunnel qui traverse le bateau. Cela permet d’aspirer des éléments solides et liquides jusqu’à une profondeur de -30 cm à 1 mètre. Pour les liquides, notre système breveté permet de séparer l’eau, qui est rejetée, des hydrocarbures, qui sont stockés dans une caisse spécifique. Afin de ne pas mélanger l’eau et le pétrole, un créé un flux lacunaire qui permet de les séparer grâce à leur différence de densité », explique Benjamin Lerondeau, directeur opérationnel d'Efinor Sea Cleaner. Le tout, sans intervention directe de personnel, filtrage et stockage des liquides se faisant sans intervention humaine, alors que la récupération des déchets est réalisée dans un bac qui, une fois plein, est relevé et vidé dans des sacs. Tous les systèmes sont hydrauliques.

 

Le Waste Cleaner 83

Le Waste Cleaner 83 lors de démonstrations au salon Navexpo de Lorient (©  MER ET MARINE -  VG)

 

 

Un courant engendré par l'hélice aspire les déchets entre les deux coques (©  

Un courant engendré par l'hélice aspire les déchets entre les deux coques (©  MER ET MARINE - VG)

Un système hydraulique relève le bac à déchets solides pour vider son contenu dans des sacs (©  

Un système hydraulique relève le bac à déchets solides pour vider son contenu dans des sacs (©  MER ET MARINE)

 

Et il n’y a pas besoin d’un grand bateau pour abattre un gros travail. Ainsi, le Waste Cleaner 83, présenté en mars dernier au salon Navexpo International de Lorient, est un bateau de 7.8 mètres de long pour 2.3 mètres de large et 80 centimètres de tirant d’eau. Malgré sa petite taille, il peut à lui seul collecter 2000 litres de liquide et 800 kilos de déchets. Mis en œuvre par une seule personne, il est capable de filtrer jusqu’à 1000 m3/h et de nettoyer plus de 10 000 m²/h.

D’un poids lège de 2.6 tonnes, le Waste Cleaner 83 offre un gabarit routier, ce qui lui permet d’être facilement transporté là où on a besoin de lui par la route, sur une remorque adaptée et avec un unique point de levage pour faciliter sa manutention. Ce bateau a notamment été mobilisé à l’automne dernier pour nettoyer les côtes varoises suite à la pollution consécutive à la collision entre le ferry Ulysse et le porte-conteneurs CLS Virginia au large du cap Corse, le 7 octobre.

 

 

Le Waste Cleaner 83

Le Waste Cleaner 83 lors de démonstrations au salon Navexpo de Lorient (©  MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Chantiers Allais