Energies Marines
Electricité : les énergies renouvelables supplanteront gaz et charbon d’ici 5 ans

Actualité

Electricité : les énergies renouvelables supplanteront gaz et charbon d’ici 5 ans

Energies Marines

Les énergies renouvelables tiennent bon, face aux conséquences de la pandémie, observe l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son rapport Renewables 2020. Alors que le pétrole, le gaz et le charbon sont en baisse, l’électricité verte est en hausse. A ce rythme là, elles seront la première source d’électricité dans le monde en 2025, devant le gaz (dès 2024) et surtout le charbon. Ce dernier était pourtant la principale source d’électricité depuis cinq décennies. Les énergies renouvelables fourniraient alors un tiers de l’électricité mondiale. Signe de cette tendance, en 2020 la demande mondiale d’énergie baisse de 5%, mais l’électricité issue d’énergies renouvelables augmente de 7%.

A elles seules, les énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque, hydroélectricité…) représenteront près de 90% de l’augmentation de la capacité électrique totale dans le monde cette année, avec 200 gigawatts. Les Etats-Unis et la Chine ont particulièrement contribué à cette augmentation, les opérateurs cherchant à profiter de mesures incitatives limitées dans le temps.

En 2021, la capacité mondiale en électricité verte doit augmenter de 10%, sous l’impulsion de l’Inde et de l’Union européenne principalement. Du jamais vu depuis 2015. Ce bond s’explique par des retards pris pendant la pandémie alors que de nombreux projets étaient en gestation.

L’éolien offshore pas affecté par la pandémie

En 2020, la capacité nette de la production éolienne (onshore et offshore) doit augmenter de 65 GW (+8%), dont 5,3 GW offshore. Si la construction à terre a ralenti entre février et avril en raison de perturbations de la chaîne logistique dans beaucoup de pays, le secteur de l’éolien offshore n’a pratiquement pas été affecté. En 2020, pour la première fois la Chine a représenté à elle seule la moitié de l’augmentation de la production éolienne offshore, le reste étant essentiellement en Europe (Royaume-Uni, Pays Bas, Belgique, Allemagne). En 2021, l’éolien devrait croitre de 68 GW, dont 7,3 GW offshore.

L’éolien offshore occupe une place de plus en plus importante au sein de la production éolienne. Il doit représenter 15% en 2022, soit 50% de plus qu’en 2019, puis 20% en 2025. Une accélération poussée par les marchés chinois et européens, ainsi l’arrivée de nouveaux marchés, notamment en France, mais aussi en Corée ou au Vietnam. Selon l’AIE, les Etats-Unis devraient rapidement les rejoindre après 2022, d’autant plus depuis l’élection de Joe Biden. Ils pourraient devenir l’un des plus grands marchés en 2024.

Le rapport complet peut être téléchargé ici.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.