Marine Marchande
Emploi : Moins d'un Français sur deux sait que le secteur maritime recrute

Actualité

Emploi : Moins d'un Français sur deux sait que le secteur maritime recrute

Marine Marchande

Les entreprises maritimes françaises ont visiblement encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'être perçues comme des vecteurs de développement en matière d'emploi. Un sondage, commandé par Armateurs de France à l'IFOP, confirme la méconnaissance du secteur par le grand public. Sur 1007 personnes interrogées les 25 et 26 octobre derniers, à peine 42 % savent que ce secteur recrute et seule la moitié des personnes sondées considère que ces emplois sont attractifs. Enfin, 50 % seulement estime que le secteur offre un bon niveau de rémunération. Même si la population jeune (15/24 ans) semble la mieux informée, il reste donc encore beaucoup à faire pour améliorer leur connaissance de ces métiers.
Compte tenu de la croissance du commerce mondial, les entreprises de transport maritime sont pourtant promises à un développement considérable dans les années à venir. « Les principaux acteurs du secteur en France connaissent une forte expansion. Sur certains trafics, on atteint des taux de croissance à deux chiffres. Le nombre de navires et les besoins en hommes pour les diriger vont de facto augmenter fortement. Il y a par conséquent un véritable enjeu à promouvoir aujourd'hui les métiers passionnants, très variés et à forte responsabilité qu'offre le transport maritime », souligne Armateurs de France.

Officiers : Des salaires entre 2800 et 7000 euros par mois

L'organisation patronale rappelle quelques avantages liés à l'exercice du métier. « Être marin c'est 6 mois de vacances par an : en moyenne un jour embarqué = un jour de congé. Des périodes d'embarquement rémunérées dès la 3ème année de formation ». Côté salaires, selon Armateurs de France, les rémunérations oscillent entre 2800 et 3800 euros brut par mois pour un jeune lieutenant, le salaire moyen pour un commandant ou un chef mécanicien variant entre 4500 et 7000 euros brut mensuels. Les compagnies françaises mettent également en avant « des carrières, polyvalentes et variées, qui permettent de passer du Pont à la Machine, d'un embarquement sur un porte-conteneurs à un vraquier ou un remorqueur, de rejoindre des fonctions terrestres » ainsi qu'un « quotidien fait d'autonomie, de travail en équipe, d'initiative, de responsabilité et de découverte de nouveaux horizons ».
Alors qu'il manquerait, rien qu'en France, quelques 700 officiers, pour attirer les jeunes vers les métiers de la mer et particulièrement vers les carrières d'officiers, Armateurs de France a mis en oeuvre l'an passé des actions destinées à promouvoir la profession : Une brochure en collaboration avec l'Etudiant (*) et un site web consacré aux métiers (**).
A noter également que se tiendra, en avril prochain à Paris, le premier salon du recrutement des métiers de la mer (***).
________________________________________________

(*) Télécharger la brochure

(**) Découvrir les métiers sur le site d'Armateurs de France

(***) En savoir plus sur le salon