Energies Marines

Fil info

EMR : La CFDT interpelle le gouvernement

Energies Marines

La CFDT Naval Energies, la CFDT Naval Group et plus largement la Confédération Syndicale CFDT en appellent à la cohérence et à la constance des politiques publiques en matière d’énergies. Il est urgent de concrétiser l’ambition française dans ce domaine et de la matérialiser par des moyens alloués aux Energies Renouvelables et plus précisément aux Energies Marines Renouvelables (EMR).

Les annonces et engagements des dernières années en matière de politique pluriannuelle de l’Energie, de la COP21 et d’appels d’offres commerciaux ont été réaffirmés par le Président Macron à la COP23 à Bonn. Nous rappelons qu’ils obligent la France dans la durée et obligent le gouvernement aujourd’hui.

Nous soulignons également que les personnels de nos sociétés se sont engagés sur la base de ces mêmes perspectives et des atouts français qu’il faut valoriser (Zone Economique Exclusive française).

Des acteurs industriels, dont les nôtres, soutenus par des actionnaires essentiellement publics, investissent dans les développements technologiques pour un réel mix-énergétique. Les acteurs régionaux ou locaux soutiennent ces activités par des investissements en matière d’infrastructures. Nous interpellons publiquement les ministères concernés afin que ces investissements ne soient pas vains et demandons d’apporter un horizon commercial à ces projets pilotes. Pour la CFDT, il est urgent d’apporter de la visibilité en annonçant de réelles perspectives commerciales en France, spécifiquement aujourd’hui dans le domaine hydrolien mais plus largement dans les domaines des Energies Marines Renouvelables (EMR).

Toutefois, parce que ces appels d’offres représentent des engagements financiers importants de la puissance publique dans un contexte difficile, la CFDT demande qu’ils soient efficacement conditionnés à des retombées effectives sur nos territoires : emplois, recherches et développement, partenariats avec des universités ou PME, mais également la structuration d’une filière industrielle et la meilleure prise en compte des parties prenantes (acteurs locaux, riverains, pêcheurs…). L’évolution en cours de la réglementation des Appels d’Offre doit en tenir compte.

En tant que représentants des salariés, qui sont aussi des contribuables et citoyens, nous soutenons la volonté d’une transition énergétique concrète. Nous croyons au rôle que nos industries peuvent jouer dans ce domaine. Nous sommes persuadés que la France peut être exemplaire et créer de l’emploi dans ces métiers, à condition de ne pas en rester au stade des discours et ne pas reporter davantage les décisions liées au plan d’investissements.

Communiqué de la CFDT, 20/11/17