Energies Marines
EMR : La plateforme de mesures de Nass&Wind Offshore qualifiée

Actualité

EMR : La plateforme de mesures de Nass&Wind Offshore qualifiée

Energies Marines

Un peu plus d’un an après la mise à flot en Manche, au large de Saint-Vaast-la-Hougue, la plateforme flottante de mesures développée par la société lorientaise Nass&Wind Offshore a achevé sa campagne de tests en mer. Baptisé « M3EA », pour Marine Measurements for Meteorological and Environmental Assessment, cet outil de 12 mètres de diamètre, 5 mètres de haut et environ 70 tonnes, bardé d’instruments, est destiné à réaliser des mesures de vent et environnementales pour des projets d’énergies marines renouvelables (EMR).

Des performances validées par DNV GL

Pendant 11 mois, de janvier à décembre 2014, la plateforme a  fait l’objet d’une évaluation menée par un organisme indépendant, en l’occurrence le DNV GL. Celui-ci a collecté et analysé une longue série de mesures de vent recueillie grâce au système LiDAR équipant M3EA. Selon Nass&Wind Offshore, cette campagne a permis de prouver que les performances de la plateforme sont en ligne avec les critères d’acceptation de l’industrie éolienne offshore pour ce type de système (selon la Carbon trust Offshore Wind Accelerator roadmap for the commercial acceptance of floating LiDAR technology). Des conclusions appuyées par Jérôme Jacquemin, Directeur France de DNV GL – Energy : « Nous avons réalisé une validation détaillée de la plateforme durant une période d’essais très représentative. Bien que la validation n'ait pas été réalisée sur la base d’une référence anémométrique mécanique, nous avons pu établir qu'une référence anémométrique fiable a été utilisée pour les essais, aussi la validation qui en découle est robuste. DNV GL considère que la plateforme flottante M3EA a démontré sa capacité à mesurer la vitesse et la direction du vent avec une très bonne précision et a également présenté des taux de disponibilité satisfaisants au cours de cette campagne de validation ».

 

(© NASS&WIND OFFSHORE)

(© NASS&WIND OFFSHORE)

 

Alternative aux mâts de mesures

La plateforme est présentée par son concepteur comme une alternative aux lourds et coûteux mâts de mesures. Selon Nass&Wind Offshore, grâce à la collecte de mesures de vents précises, M3EA permet de réduire l’incertitude et les risques technico-financiers des projets éoliens en mer : « Cette plateforme flottante de mesures présente une sérieuse alternative aux mâts de mesures conventionnels onéreux et longs à installer. Ces contraintes sont fortes pour le développement de projets éoliens en mer fixes. Elles le seront d’autant plus pour le développement de projets éoliens flottants dont les profondeurs d’eau visées dépassent les 100 m. M3EA permettra d’acquérir et de proposer des mesures précises dans le cadre des prochains appels d’offres annoncés par l’Etat et contribuera ainsi à réduire le coût de l’électricité proposé », assure Romain Baronnet, directeur général de la société lorientaise.

Un laboratoire flottant facilement accessible

D’après celle-ci, la conception et les importantes dimensions de M3EA réduisent fortement sa gîte, facilitant ainsi les interventions sur site. « A ce jour, toutes les opérations de maintenance, y compris celles sur le LiDAR, ont été réalisées sur la plateforme en mer, au large de Saint-Vaast-la-Hougue » explique Jérémy Tolu, chef du projet.

La plateforme M3EA est équipée de nombreux moyens de production d’énergie lui conférant ainsi l’autonomie nécessaire à de nouveaux capteurs gourmands en énergie tel qu’un radar avifaune.

Après la qualification de sa plateforme, Nass&Wind Offshore se fixe désormais pour objectif de proposer des observations innovantes sur M3EA. « En effet, plusieurs programmes de R&D sont à l’étude en collaboration avec des experts reconnus – instituts scientifiques, laboratoires, associations – afin de développer des capteurs, des instruments et des protocoles permettant d’améliorer nos connaissances du milieu marin. Ces nouvelles observations in situ viendront préciser la connaissance du contexte environnemental des sites – avifaune, chiroptères, population halieutiques, mammifères marins… – dans le cadre des projets d’énergies marines renouvelables (EMR) ».