Energies Marines
EMR : Le premier site d’essais français opérationnel

Actualité

EMR : Le premier site d’essais français opérationnel

Energies Marines

Après huit ans de négociations, de procédures et de travaux, le SEM-REV, exploité conjointement par l’Ecole Centrale de Nantes et le CNRS, a été officiellement inauguré le 25 août. Implanté au large du Croisic, il s’agit du premier centre d’essais en mer français dédié aux énergies marines renouvelables. Raccordé au réseau électrique terrestre, via lequel il pourra alimenter jusqu’à 15.000 foyers, le SEM-REV occupe pour l’heure 1 km² d’espace maritime (par des profondeurs allant jusqu’à 40 mètres) à 12 milles des côtes et dispose de toutes les autorisations administratives préalables et multi-technologies lui permettant d’accueillir différents types de démonstrateurs.

Du houlomoteur au centre pluridisciplinaire

Fruit d’un projet initié en 2007, le SEM-REV a nécessité un investissement de 17 millions d’euros, financé par la région des Pays de la Loire (9.9 M€), l’Etat (3.2 M€ dont 1.75 M€ au titre des Investissements d’Avenir) et le département de la Loire-Atlantique (1.25 M€). Des fonds européens (FEDER) ont par ailleurs été mobilisés à hauteur de 2.5 M€.

Le SEM-REV, dont l’acronyme signifiait initialement « Site d’Expérimentation en Mer pour la Récupération de l’Energie des Vagues », avait été au départ imaginé pour expérimenter des dispositifs houlomoteurs. Toutefois, au fil des années, il s'est avéré que le centre devait être pluridisciplinaires. Ainsi, après avoir été autorisé à exploiter des machines utilisant l’énergie des vagues en 2011, il a reçu en 2014 des autorisations complémentaires pour l’implantation de démonstrateurs d’éoliennes flottantes. Et des demandes ont été déposées pour y installer en plus des éoliennes posées.

 

Pose du câble en 2012 (© : SYLVAIN BONNIOL)

Pose du câble en 2012 (© : SYLVAIN BONNIOL)

 

Un câble de 8 MW

Pour mémoire, c’est au printemps 2012 que les travaux ont réellement débuté avec l'intervention du câblier René Descartes. Ce navire d’Orange Marine a posé le câble de puissance reliant le site maritime à la terre, où il a ét

Energies Marines Renouvelables