Energies Marines
EMR : Neopolia valorise les compétences régionales

Actualité

EMR : Neopolia valorise les compétences régionales

Energies Marines

Alors que le développement des énergies marines en France accuse au mieux d’importants retards, voire tourne à l’arlésienne sur certains sujets, des centaines d’entreprises hexagonales attendent le lancement, pour de bon, des premiers projets nationaux. C’est le cas des membres du groupement Neopolia, qui fédère 235 sociétés industrielles représentant 30.000 emplois, principalement dans les Pays de la Loire. Des entreprises qui, pour la plupart, sont sous-traitantes de grands donneurs d’ordres et sont prêtes à s’engager dans la montée en puissance tant attendue de cette nouvelle filière. Certes, la région accueille aujourd’hui le premier pôle industriel de l’Hexagone, grâce notamment aux chantiers STX France de Saint-Nazaire et à General Electric qui, faute d'obtenir dans les temps des marchés nationaux, ont lancé leur activité avec des contrats à l'export. Il faut maintenant aller plus loin, estiment les acteurs ligériens et booster le tissu local avec les projets français en plus des perspectives à l'international. 

Valorisation des compétences locales

Dans cette perspective, le cluster EMR de Neopolia, le Pôle Mer Bretagne Atlantique et Atlanpole ont organisé, les 29 et 30 mars à Nantes, « 24ID MRE », un évènement dédié à l’innovation et au développement des énergies marines renouvelables. « Avec ces 24 heures d’émulation autour des EMR, les entreprises régionales envoient un signal fort aux acteurs internationaux et aux décideurs locaux et nationaux : le tissu industriel régional est plus que jamais mobilisé pour valoriser ses compétences et partir à la conquête des marchés nationaux et internationaux », explique Dominique Follut, vice-président de Neopolia.

Plus de 180 entreprises et des acteurs académiques

En tout, 180 entreprises françaises et étrangères, ainsi que des acteurs académiques de premier plan, ont participé à 24ID MRE, qui a permis de faire l’état des lieux du marché, de présenter les solutions commerciales de Neopolia et les projets de certains membres (une séance de pitchs de 21 entreprises et de leurs projets a été organisée). Cinq ateliers ont également eu lieu, pendant lesquels les solutions de Neopolia ont été challengées par des experts industriels et académiques afin de mieux les adapter aux besoins des grands acteurs du marché.  

Echanges entre donneurs d’ordres et sous-traitants

Ces derniers étaient présents, avec bien entendu les nationaux concernés par des projets ou activités régionales, à l’image d’EDF Energies Nouvelles, à la tête du projet de parc éolien de Guérande. « Cet événement très novateur dans son format s’inscrit parfaitement dans la stratégie d’EDF EN de développement d’une filière industrielle EMR. En confrontant ses experts métiers aux solutions proposées par Neopolia (O&M, SHM, Project Development), EDF EN réalise un double objectif : l’accompagnement de la montée en compétence des entreprises ligériennes et une meilleure adéquation de l’offre régionale aux besoins des premiers parcs EMR. » Laurent Smagghe, responsable Relations industrielles chez EDF EN. L'énergéticien, qui a signé l’an dernier une convention de partenariat avec Neopolia, n’était pas le seul présent. Ont également participé le consortium Eoliennes en mer Yeu Noirmoutier (porté par Engie), STX France (qui réalise des sous-stations électriques), General Electric (dont l’usine de Montoir produit les éoliennes offshore Haliade), Naval Energies (hydroliennes, éoliennes flottantes, énergie thermique des mers). Il y avait également des groupes internationaux, comme l’italien SAIPEM et le belge DEME, qui ont eux aussi partagé leurs attentes avec le réseau local, notamment dans la perspective du développement des deux parcs éoliens de Guérande et Noirmoutier-Yeu. On a notamment discuté innovation, réduction des coûts, nouvelles méthodes de maintenance ou encore mise en oeuvre de solutions de monitoring des structures marines (voir notre article sur l’instrumentation du nouveau quai de Montoir).

Message politique

Au moment où les premiers parcs français peinent à voir le jour et que de nouvelles incertitudes pèsent sur les projets d’éoliennes en mer et d’hydroliennes, cet évènement a aussi eu, logiquement, une dimension politique. La région des Pays de la Loire a ainsi demandé au gouvernement d’abandonner définitivement toute initiative qui pourrait entrainer une remise à plat les premiers appels d’offres attribués en 2012 et 2014. « A l’heure où la Région des Pays de la Loire qui accueille à elle seule, 42 % des emplois créés par cette filière en France, a pour ambition de s’affirmer comme une vitrine du savoir-faire français, et région leader des EMR, elle demande au gouvernement de retirer son projet d’amendement au projet de loi « Etat au service d’une société de confiance » visant à renégocier le prix d’achat garanti de l’électricité auprès des opérateurs des 6 parcs en projet », a déclaré Sébastien Pilard, conseiller régional délégué à la croissance bleue.

 

Neopolia