Défense
En attendant un éventuel BPC, la Malaisie va louer un LST sud-coréen

Actualité

En attendant un éventuel BPC, la Malaisie va louer un LST sud-coréen

Défense

Le ministre de la Défense malaisien a annoncé la location, à la Corée du Sud, de l'un de ses bâtiments de débarquement de chars (LST). Il s'agit de remplacer le Sri Inderapura (ex-USS Spartanburg County) du type Newport News américain. Ce navire, mis en service en 1971 aux Etats-Unis et transféré en 1995, a été gravement endommagé par un incendie le 8 octobre dernier. Les dégâts sont si importants que le navire a été jugé irrécupérable.
Le Sri Indepura étant le seul bâtiment de débarquement malaisien, il a donc été décidé, afin de maintenir cette capacité, de louer un LST. Dans cette optique, un accord a été conclu fin octobre entre la Malaisie et la Corée du Sud. Cette dernière arme quatre navires du type Alligator (classe Kojoon Bong), livrés entre 1993 et 1999. Longs de 112.5 mètres pour un déplacement de 4200 tonnes en charge, ils disposent de quatre chalands de transport de matériel et peuvent embarquer 1800 tonnes de fret et 200 hommes de troupe. La location de l'un de ces bâtiments offre à la marine malaisienne une solution transitoire, en attendant l'arrivée d'un nouveau bâtiment de projection.

Le porte-hélicoptères d'assaut coréen Dokdo (© : MILITARY-TODAY.COM)
Le porte-hélicoptères d'assaut coréen Dokdo (© : MILITARY-TODAY.COM)

Kuala Lumpur intéressée par un bâtiment de projection

La Malaisie souhaite, en effet, disposer d'un navire de ce type, à la fois porte-hélicoptère et bâtiment de débarquement. Grâce à l'accord signé le mois dernier, la Corée du Sud semble bien positionnée pour vendre son nouveau porte-hélicoptères d'assaut. Du type LPX, la première unité de cette série, le Dokdo, est entrée en service en 2008. Long de 199.4 mètres pour un déplacement de 18.860 tonnes en charge, il peut embarquer deux engins de débarquement sur coussin d'air (type LCAC), 10 hélicoptères lourds, ainsi que des véhicules et des hommes de troupe. Mais le Français DCNS se positionne également sur ce marché, fort du succès du programme des sous-marins Scorpène vendus à la Malaisie. Le groupe naval met en avant son Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC), plus gros que le Dokdo (21.500 tonnes) et offrant des capacités aéronautiques plus importantes (16 hélicoptères). Un éventuel contrat pourrait être évoqué lors de la visite de Nicolas Sarkozy début décembre. Le chef de l'Etat, qui souhaite nouer un partenariat stratégique avec la Malaisie, sera accompagné de nombreux chefs d'entreprises, dont le président de DCNS.

Le BPC français Mistral (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le BPC français Mistral (© : JEAN-LOUIS VENNE)