Energies Marines
Energie thermique des mers : L’Europe va soutenir NEMO en Martinique

Actualité

Energie thermique des mers : L’Europe va soutenir NEMO en Martinique

Energies Marines

72 millions d’euros. C’est le montant de l’aide que l’Europe va accorder à Akuo Energy et DCNS pour développer en Martinique une centrale flottante de production d’électricité à partir de l’énergie thermique des mers (ETM). Après un audit de 12 mois conduit par la Banque Européenne d’Investissement, le projet NEMO (New Energy for Martinique and Overseas) vient d’être désigné lauréat du programme NER 300 par la Commission Européenne.

Akuo Energy, développeur du projet et DCNS, fournisseur de la technologie ETM, vont concevoir, réaliser et exploiter une centrale ETM d’une puissance de 16 MW. Prévue pour être opérationnelle dans quatre ans, cette plateforme flottante, ancrée en mer, exploitera la différence de température entre l’eau chaude de surface et l’eau froide des profondeurs pour produire de l’électricité et, ainsi, alimenter 35.000 foyers. Les industriels rappellent que cette énergie sera non intermittente et décarbonée, sans aucune incertitude sur la ressource (accès, disponibilité, coût). « La sélection par l’Europe de ce projet préfigure le développement d’une filière industrielle de l’ETM dont DCNS sera l’un des principaux moteurs. Cette technologie pourra à terme bénéficier à l’ensemble des régions tropicales maritimes non connectées aux réseaux continentaux et aider ainsi les sites isolés à atteindre leur autonomie énergétique », explique Frédéric Le Lidec, directeur de la ligne de produits Energies marines chez DCNS. Le groupe français travaille depuis plusieurs années sur cette nouvelle technologie, particulièrement adaptée aux territoires insulaires bordés d’eaux chaudes. Travaillant en étroite collaboration avec la Région Martinique sur NEMO, DCNS a également mené des études de recherche et de développement, ainsi que des études de faisabilité, au profit de La Réunion et de Tahiti. Développé conjointement avec la Région Réunion, un prototype à terre a été installé en 2011 sur le site de l’université de Saint-Pierre. « Ce prototype a permis aux équipes de travailler sur le système principal de production électrique et de valider la technologie des échangeurs. De ce démonstrateur à la Réunion au projet de centrale pilote en format industriel à la Martinique, l’Outre-mer se place ainsi au coeur de la stratégie de développement commercial de la technologie », explique DCNS. 

 

 

- Voir notre article sur la technologie ETM

Naval Group (ex-DCNS)