Offshore
Energie Thermique des Mers : Un projet en Martinique

Actualité

Energie Thermique des Mers : Un projet en Martinique

Offshore

DCNS et la région Martinique ont signé une convention portant sur la définition des possibilités et conditions de mise en place dans l'île française des Antilles d'une centrale pilote d'Energie Thermique des Mers (ETM). Ce projet s'inscrit dans le cadre du Programme Régional de Maîtrise de l'Energie, mis en oeuvre par le Conseil Régional avec le Syndicat Mixte d'Electricité de la Martinique (SMEM), l'Agence Environnement et Maîtrise Energie (ADEME) et le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). Ce programme vise à améliorer l'autonomie énergétique de la Martinique, tout en créant une dynamique de développement local adoptant des modes de consommation, de production industrielle et d'aménagement éco-responsables. Le programme a également pour but de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Fournir 10 MW à l'horizon 2015

Ce programme de recherche et développement pour le pré-dimensionnement d'une centrale pilote, capable de fournir 10 MW d'énergie stable en 2015 peut répondre aux besoins énergétiques croissants de la Martinique et contribuer à la future autonomie énergétique de l'île. Suite aux réflexions sur les filières technologiques d'énergie renouvelables et, notamment, sur les énergies marines menées par la région, la filière ETM semble pertinente. « En effet, la localisation de l'île sur la ceinture tropicale permettrait de produire de l'énergie 24H/24H en exploitant la différence de température qui existe naturellement entre la surface de l'eau et les profondeurs de l'océan », explique DCNS. Depuis 2008, le groupe a mis son expérience et son savoir-faire en conception et entretien de systèmes navals complexes au service du développement de l'énergie thermique des mers. DCNS a ainsi réalisé en 2008 une étude de préfaisabilité pour l'île de la Martinique, puis en 2009 une étude de faisabilité et un contrat pour un démonstrateur à terre pour l'île de La Réunion et cette année une étude de faisabilité pour Tahiti. « DCNS peut en effet s'appuyer sur une ingénierie navale de qualité, forte de plus de 1 000 personnes, sur des technologies éprouvées et sur ses capacités scientifiques étendues avec les pôles Mer ».
Les premiers résultats du programme de recherche avec la région Martinique, qui doit durer un an, permettront de déterminer les caractéristiques d'une centrale ETM pilote adaptée aux conditions des Caraïbes, ainsi que l'organisation industrielle d'un tel projet. La région Martinique assurera la maîtrise d'ouvrage du programme d'études, DCNS assumant la maîtrise d'oeuvre des travaux.

Naval Group (ex-DCNS)