Energies Marines
Energies renouvelables : le SER publie des propositions pour une relance économique

Actualité

Energies renouvelables : le SER publie des propositions pour une relance économique

Energies Marines

Le syndicat des énergies renouvelables (SER) plaide pour que ces énergies soient « un levier de la relance économique ». L’organisme qui regroupe de nombreux acteurs industriels de la filière a publié un document listant une série de propositions transversales et sectorielles allant dans ce sens pour « favoriser la création d’emplois et de valeur ajoutée dans nos territoires », « décarbonner notre économie » et « développer la filière industrielle des énergies renouvelables en France ».

Lenteurs

Le SER y déplore que « le temps de développement des projets en France est beaucoup trop long ». Il propose donc de dématérialiser le dépôt des demandes de permis de construire et des dossiers de demandes d’autorisation environnementale, de racouricr les délais d’instruction des autorisations, d’encadrer les délais d’instruction des candidatures aux appels d’offres, ou encore d’accélérer et d'encadrer l’instruction des recours. Parmi les propositions transversales, il suggère aussi de « faire preuve d’ambition sur la taxation du carbone », alors que le prix des énergies s’est effondré. Au niveau national, il propose de « réévaluer à la hausse la contribution-climat énergie (CCE) pour dégager des marges de manœuvre budgétaires afin d’accompagner les ménages dans la transition énergétique ». Une manière d’éviter de relancer un mouvement de protestation comme celui des gilets jaunes. Le SER propose aussi de mettre en place « une stratégie de densification du tissu industriel français industriel et européen ».

Retard pour l’éolien en mer

Pour l’éolien en mer, le syndicat s’inquiète du report des débats publics en Normandie, à Dunkerque et en Bretagne sud, qui retarde les projets. Il demande donc de passer à la vitesse supérieure et d’accélérer la cadence en engageant dès que possible les mesures de vent en vue des appels d’offre et Bretagne et Normandie. Il suggère aussi de mettre en parallèle « la phase de participation du public avec les premières étapes de la procédure de mise en concurrence », en particulier la présélection des candidats. Pour gagner du temps encore, le document émet l’idée de systématiser « la tenue d’une concertation avec garants pour les futurs appels d’offre plutôt qu’un débat public ». L'organisme estime que cela pourrait faire gagner jusqu'à six mois. Le SER réclame également « une mission de planification maritime sur l’ensemble des façades, dont les conclusions seraient disponibles fin 2020 » pour avoir « une vision à long terme du développement de l’éolien en mer ». Enfin, il appelle de ses vœux une adaptation des infrastructures portuaires dans « un délai rapide » pour implanter des sites de construction et d’assemblage. Le SER estime que le Green Deal pourrait aider à obtenir des financements.

Pour l’hydrolien, deux mesures sont proposées : « maintenir la possibilité de recourir au Programme des investissements d’avenir (PIA) d’ici 2023 » pour que l’hydrolien puisse passer du développement vers le déploiement industriel et « engager une analyse de la manière avec laquelle les fonds européens pourraient être mobilisés (Fonds innovation notamment) », dans le but de déployer une première ferme commerciale.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.