Science et Environnement
Energy Observer en route pour Tokyo

Actualité

Energy Observer en route pour Tokyo

Science et Environnement

C'est parti. Energy Observer a appareillé de Saint-Malo, mardi, avec pour destination Tokyo, pour les JO 2020, qui doivent se dérouler cet été. Remis à l'eau fin janvier après trois mois d'arrêt technique, le navire entièrement propulsé aux énergies renouvelables devait s'en aller le 17 février, mais le grand départ a été repoussé avant de trouver la bonne fenêtre météo entre les tempêtes qui balaient l'Atlanique Nord en ce moment. L'arrêt technique hivernal a permis d'équiper Energy Observer d’une nouvelle pile à combustible, de panneaux photovoltaïques supplémentaires notamment verticaux et sérigraphiés (portant la surface totale dédiée au solaire à 202m²), mais également de nouvelles hélices à pas variable et de deux ailes rigides Oceanwings optimisées.

Avant d'arriver au Japon, le catamaran de 30 tonnes doit s'arrêter à Bénodet, traverser le golfe de Gascogne, l'océan Atlantique, le canal de Panama et l'océan Pacifique avec une escale à Hawaï. Il retraversera ensuite le Pacifique pour se rendre en Californie (San Francisco, Los Angeles et enfin San Diego). Soit un parcours de 20.000 milles, le plus long jamais effectué par le navire lancé en 2017 qui a déjà sillonné l'Europe pendant trois ans, poussant même jusqu'au Spitzberg. Mais ce n'est que le début d'un long périple autour du monde qui doit durer quatre ans.

 

(© : ENERGY OBSERVER - GEORGE CONTY)

(© : ENERGY OBSERVER - GEORGE CONTY)