Science et Environnement

Fil info

Energy Observer a été baptisé à Paris

Science et Environnement

Energy Observer, le premier navire hydrogène autonome en énergie et zéro émission, a été baptisé ce jeudi à Paris en présence d’Anne Hidalgo, Maire de la ville de Paris, de Nicolas Hulot, Ministre de la transition écologique et solidaire et parrain d’Energy Observer, de Florence Lambert, Directrice du CEA-Liten et marraine du bateau et de Bertrand Piccard, Président de la Fondation Solar Impulse. Escale inaugurale d’une odyssée de six ans autour du monde, la capitale française accueille Energy Observer jusqu’au 15 juillet prochain.

Après avoir quitté Saint-Malo, son port d’attache, le 26 juin, Energy Observer a mis le cap sur Paris, où il fait escale du 4 au 16 juillet avant de partir pour une odyssée de six ans autour du monde. Au programme : 101 étapes dans 50 pays, avec pour ambition de prouver qu’un futur plus respectueux de l’Homme et de son environnement est possible.

Le premier navire hydrogène autour du monde

Après une carrière dans la course au large sous différents noms, le catamaran, propulsé grâce aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, est un véritable pionnier du monde énergétique de demain. « Energy Observer est bateau de course de légende, qui a été reconditionné en bateau du futur », explique Victorien Erussard, capitaine et président d’Energy Observer. « L’hydrogène, énergie propre par excellence, est au cœur de notre projet. Le bateau produira son propre hydrogène à partir de l’eau de la mer grâce à un système énergétique complet permettant d’utiliser plusieurs sources d’énergies renouvelables à bord, sans impacter l’environnement. Le défi de ce bateau est de viser l’autonomie énergétique. Nous espérons contribuer à l’accélération de la transition énergétique, en inspirant les entreprises, les collectivités, les états et les citoyens en leur montrant qu’un futur plus propre est possible grâce à l’innovation technologique, et notamment l’architecture énergétique développée par le CEA-Liten  », ajoute-t-il.

« Nous sommes en route vers une vraie révolution énergétique. Ce bateau c’est un veritable accélérateur de technologies, de la recherche, vers l’industrie. C’est un laboratoire vivant et naviguant, qui va à la fois permettre de tester dans un environnement naturel difficile les technologies développées par le CEA-Liten, trouver des solutions contre le réchauffement climatique et à terme deviendront un vecteur d’emploi vert », commente de son côté Florence Lambert, directrice du CEA-Liten, laboratoire pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux.

Une Calypso des temps modernes

Tout au long de son odyssée, Energy Observer partira à la rencontre des hommes et des femmes qui s’engagent. Il jouera également un rôle de véritable média à travers la création de documentaire pour inspirer et engager dans la transition écologique. « Ce projet est un moyen de passer du constat à l’action, et de reprendre la tradition de l’exploration en l’abordant de manière totalement différente. Aujourd’hui, on veut ouvrir les voies vers un futur plus propre et partager les solutions avec le plus grand nombre à travers des documentaires, du contenu web, les réseaux sociaux ou encore les villages implantés à chacune de nos escales. Notre mission est d’aller à la découverte de toutes les solutions innovantes pour la planète, et à la rencontre de tous ceux qui apportent leur pierre à l’édifice » souligne Jérôme Delafosse, chef d’expédition d’Energy Observer et réalisateur de documentaires

Un baptême sous le soleil parisien

Energy Explorer a été baptisé jeudi après-midi à Paris, en présence de Victorien Erussard, Anne Hidalgo, Nicolas Hulot, Jérôme Delafosse, des partenaires du projet et de Bertrand Piccard, Président de la Fondation Solar Impulse, qui a profité de l’occasion pour offrir à Victorien Erussard le compas qui l’a accompagné tout au long de son tour du monde. « Energy Observer met, tout comme Solar Impulse, l’exploration au service d’une meilleure qualité de vie. Il faut entrainer les gens vers l’avenir en leur montrant les solutions au lieu de les déprimer. J’ai transmis le hashtag #futureisclean de Solar Impulse à Energy Observer mais également le compas du cockpit de Solar Impluse. Ce compas m’a donné le cap à suivre et témoigne aujourd’hui de la confiance que je porte à ce projet. »

« Paris est une ville qui concentre l’innovation et l’envie d’inventer l’avenir, avec des solutions d’avenir. Il y a une volonté des habitants d’être proactifs dans les villes comme Paris. Nous ne sommes pas condamnés à ce que demain soit pire qu’hier. Je suis convaincue que demain sera meilleur, car il y aura plus de respect pour la planète et les humains que nous sommes » a déclaré Anne Hidalgo, Maire de la Ville de Paris, qui s’est réjouit d’accueillir la première escale du bateau.

« Ce que j’aime dans ce projet c’est qu’il arrive à réconcilier écologie, technologie et économie. On entre enfin dans la modernité. Mais surtout, l’ambition d’Energy Observer est de vaincre les scepticismes et c’est pour cela que j’ai choisi de les soutenir. Il faut avoir foi en l’avenir parce que la révolution énergétique est en cours » a conclut Nicolas Hulot.

Energy Observer, qui est amarré à Paris jusqu’au 15 juillet prochain, partira ensuite pour son tour de France qui durera toute l’année.

À propos de Energy Observer

Energy Observer est le premier navire à hydrogène autonome en énergie zéro émission propulsé aux énergies renouvelables : 120m2 de panneaux photovoltaïques, 2 éoliennes à axe vertical, 1 aile de traction intelligente qui alimenteront 2 moteurs électriques convertibles en hydrogénérateurs. Energy Observer est le premier bateau au monde capable de produire son hydrogène à partir de l'eau de mer grâce à la mixité énergétique. Le chantier a été lancé en 2015. Le 26 juin 2017, Energy Observer a quitté Saint-Malo, son port d’attache, pour entamer un tour du monde de six ans, qui commence par une série d’escales françaises lancée à Paris cet été et qui s’achèvera à Monaco en décembre prochain

Communiqué d’Energy Observer, 06/07/17