Science et Environnement
Energy Observer : « Le défi est de viser l’autonomie énergétique »

Focus

Energy Observer : « Le défi est de viser l’autonomie énergétique »

Science et Environnement

C’est le rêve de tous ceux qui veulent protéger la planète : faire en sorte qu’un véhicule puisse produire sa propre énergie, sans utiliser de carburant fossile et sans polluer. Cette quête, longtemps considérée comme chimérique, devient progressivement réalité, grâce aux avancées technologiques. Dans les airs, Solar Impulse en fut une première démonstration et l’aventure se poursuit désormais sur les mers avec Energy Observer, auquel Bertrand Piccard a d’ailleurs offert le compas qui l’a accompagné durant le tour du monde de l'avion solaire. Un instrument qui va repartir sur le bateau pour une nouvelle circumnavigation destinée à éprouver les systèmes embarqués dans toutes les conditions et promouvoir les énergies renouvelables pour lutter contre le réchauffement climatique.   

 

Le baptême d'Energy Observer le 6 juillet à Paris (© : JEREMY BIDON - ENERGY OBSERVER)

Le baptême d'Energy Observer le 6 juillet à Paris (© : JEREMY BIDON - ENERGY OBSERVER)

 

Baptisé le 6 juillet à Paris en présence notamment de Nicolas Hulot et Anne Hidalgo, Energy Observer est le premier navire énergétiquement autonome fonctionnant à l’hydrogène. Il s’agit d’un ancien catamaran de course, Formule TAG, construit au Canada en 1983 et qui est resté célèbre après avoir remporté en 1994, aux mains de Peter Blake et sous le nom d’Enza New Zealand, le Trophée Jules Verne. 

 

Victorien Erussard et Jérôme Delafosse (© : JEREMY BIDON - ENERGY OBSERVER)

Victorien Erussard et Jérôme Delafosse (© : JEREMY BIDON - ENERGY OBSERVER)

 

Pendant deux