Marine Marchande

Actualité

ENSM : François Marendet apporte des précisions sur les frais de scolarité

Marine Marchande

 

La tension parmi le corps enseignant et les élèves de l’ENSM était palpable suite à la mise à l’ordre du jour du prochain conseil d’administration d’une augmentation des frais de scolarité et d’une suppression de l’exonération dont bénéficient les boursiers. Les représentants des élèves de filière A et B ont même appelé à un mouvement de protestation le 5 mars prochain.
Face à ces inquiétudes, le directeur général François Marendet a voulu calmer les esprits en faisant parvenir hier, à l’ensemble des élèves, un courriel expliquant la situation. Après avoir rappelé que le CA est « un lieu de débat et d’échanges », il souligne que  « dans cette période de préparation du projet d'établissement, il est important de porter assez souvent à la connaissance des administrateurs des éléments sur le fait que l'ENSM, désormais considérée comme établissement d'enseignement supérieur, n'est pas soumise au même régime que les autres établissements d'enseignement supérieur ».  
 
 
La question de l’exonération des boursiers
 
 
Pour ces derniers, c’est le ministère de l’Enseignement supérieur qui rembourse aux établissements le montant des exonérations de droits de scolarité pour les boursiers. « Ce n'est pas le cas pour les élèves de l'ENSM. L'école qui connaît des difficultés liées à sa jeune existence et à la remise à niveau d'équipements pédagogiques coûteux, doit rembourser elle-même plus de 100.000€ de frais d'inscription, qui s'ajoutent donc au montant des bourses versées, soit près de 600.000€, représentant près de 15% de nos crédits de fonctionnement restant, après déduction de la masse salariale. Nos crédits de fonctionnement, hors amortissement, représentent pour l'ensemble de l'Ecole, 3.3 millions d’euros pour les 4 sites ».
 
 
La question des frais de scolarité
 
 
« Concernant la participation complémentaire demandée aux élèves, elle correspond à une réalité de dépenses liées à la formation maritime du cursus : huile, fuel, stage de voile, brevets (BAERS et TIS ; stage feu…). La participation ne couvre pas l’ensemble des dépenses. Elle est lissée, dans un souci d’équité et de solidarité, entre les différentes formations. Les élèves de première année du cursus ingénieur effectuent un stage de voile de 5 jours de haut niveau. Si on regarde le barème proposé au CA, le stage voile ne coûte que 100€ aux élèves. Les élèves en formation machine ne payaient rien, alors que comme les autres, ils bénéficiaient des stages au CESAME et obtenaient le Certificat de formation de base à la sécurité (CFBS), facturé 2150€ à nos clients en formation continue », explique François Marendet.
 
 
Ne pas s’éloigner des valeurs de la Marine marchande
 
 
« Mon souci , bien entendu, pour notre Ecole, n'est pas de s’éloigner des valeurs fortes de la Marine marchande en compromettant la promotion sociale et l’accès au plus grand nombre, mais d’engager le débat sur les contraintes qui pèsent sur l’ENSM conduisant à une situation et d'en faire prendre conscience aux administrateurs et à notre autorité de tutelle. Les élèves constituent la force vive de notre école,  et c'est la raison pour laquelle je ne souhaite pas occulter des débats même s'il peut être envisagé, et c'est vraiment le rôle d'un CA, que des évolutions soient proposées différemment de celle de la direction ».  
 

ENSM