ENSM : La Cour des Comptes préconise la réduction du nombre de sites

Focus

ENSM : La Cour des Comptes préconise la réduction du nombre de sites

Il était attendu et quelque peu redouté. Le rapport de la Cour des Comptes sur l’Ecole Nationale Supérieure Maritime est sorti hier et dresse un bilan sévère des 8 premières années d’histoire de l’établissement. Tout est passé au crible : problèmes de gouvernance, difficultés financières, soucis pédagogiques, problème d’organisation pratique, absences d’arbitrage liées à la pression des élus locaux, manque de présence de la tutelle... les magistrats de la rue Cambon ont, conformément à leur mandat et comme à leur habitude, pointé les défaillances de l’organisation publique.

Et, comme un mantra revenant tout au long du rapport, les difficultés liées à l’implantation sur quatre sites. Le point le plus débattu de la courte histoire de l’ENSM est largement évoqué par le rapport et, comme cela avait filtré avant le CIMER, les magistrats préconisent un regroupement des élèves sur les sites du Havre et de Marseille. Sauf qu’entre temps, des déclarations contraires ont été tenues, notamment par des membres du gouvernement. Toujours ardemment défendus par les élus locaux, les quatre sites sont maintenus. Contre l’avis de la Cour des Comptes et pour combien de temps ? On n’en sait pas plus pour le moment et la réponse n’est pas dans ce rapport qui n’hésite pas égratigner à plusieurs reprises cette indécision qui a toujours flotté dans l’histoire de l’ENSM.

Huit ans après, où en est-on des ambitions originelles de l’Ecole, « améliorer, grâce au titre d’ingénieur, la reconnaissance de la formation d’officiers pour en augmenter l'attractivité et faciliter la reconversion des diplômés dans des métiers à terre ; mettre fin à l’isolement des ENMM en rapprochant la nouvelle école des établissements d’enseignement supérieur ; répondre aux attentes des armateurs, qui souhaitaient une politique de formation plus ambitieuse dans un contexte de pénurie d’officiers, et renforcer leur implication dans le fonctionnement et le financement de l’école par leur entrée au conseil d’administration » ? Pour évaluer l’accomplissement de ces différents objectifs, la Cour reprend méthodiquement chacune des étapes de l’histoire mouvementée de l’ENSM pour les analyser.

Peu d’accompagnement de la tutelle

Il commence par un établissement mal né : La Cour constate que les études préalables visant à la détermination du fonctionnement de l’Ecole, tant sur le plan pédagogique qu’organique, sont « inabouties » et que « la plupart des questions pratiques ne sont pas réglées ». Les comptes de la première année n’ont pu être clôturés en raison d’une entrée en vigueur précipitée (l’arrêté de création de l’ENSM est signé le 28 septembre 2010 pour une ouverture le 1er octobre). La Cour note également que l’Ecole n’a bénéficié que de peu d’accompagnement de la tutelle (NDLR :le ministère des Transports, via la direction d

Ecole Nationale Supérieure Maritime | Actualité de l'ENSM