Défense
Entretien avec l'amiral Pierre-François Forissier, Chef d'Etat-major de la marine

Interviews

Entretien avec l'amiral Pierre-François Forissier, Chef d'Etat-major de la marine

Défense

Evolution des missions, nécessité de renouveler les matériels, réduction du nombre de frégates, report de la décision de construire le second porte-avions, restructuration du ministère de la défense, suppression d'effectifs, attentes face aux industriels... Deux jours après la présentation du projet de loi de programmation militaire, l'amiral Pierre François Forissier, Chef d'Etat-major de la Marine nationale, revient avec Mer et Marine sur l'actualité de la Flotte française.
___________________________________________________

Mer et Marine : Amiral, il semble que la marine soit de plus en plus sollicitée, aux approches des côtes nationales comme outre-mer. Qu'en est-il ? Les missions ont-elles connues des évolutions majeures ?

Amiral Forissier : Avant de parler des missions, permettez moi de revenir au Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale. Après avoir mené une analyse poussée des grandes tendances pour l'évolution des prochaines années, ce document précise notamment les missions de la marine. Il définit précisément son rôle d'armée de mer, soit 70 % de son activité et, pour la première fois, intègre explicitement sa contribution à la sécurité. Celle-ci correspond globalement aux 30% d'activité restant effectuée dans le cadre de l'Action de l'État en Mer. L'actualité récente a focalisé l'attention sur certaines opérations de la marine liées notamment à la protection des voies maritimes et aux convoitises qu'elles suscitent. Mais le regain de piraterie ne modifie qu'à la marge nos missions car, vous le savez bien, ce qui caractérise un navire en mer, c'est sa polyvalence.
Aussi, lorsqu'un navire dans le golfe d'Aden participe à la lutte contre le terrorisme, il peut très vite se reconfigurer, si on le lui ordonne, pour une opération contre l

Interviews