Energies Marines

Actualité

Eolien flottant : Eolfi s'installe à Lorient

Energies Marines

Développeur de la ferme pilote d’éoliennes flottantes qui sera installée entre Groix et Belle-Ile, Eolfi a inauguré hier ses locaux à Lorient. « Avec l’arrivée d’Eolfi à Lorient nous entrons dans une phase de concrétisation des projets d’éolien offshore que nous soutenons depuis maintenant de nombreuses années. Ces projets sont des leviers de la transition énergétique locale avec une production qui alimentera le Morbihan tout en étant générateur d’un potentiel d’emplois qualifiés », s'est félicité Norbert Métairie, président de Lorient Agglomération.

Le site accueillera les équipes chargées de développer et suivre les projets de cette PME française sur l’ensemble de la façade atlantique. Car au-delà de la ferme pilote, il y aura ensuite, dans le cadre d’une future planification nationale, des parcs commerciaux sur lesquels Eolfi et ses partenaires se positionnent évidemment.

Partenariat régional renforcé pour développer la filière

A l’occasion de cette inauguration, la société et le Conseil régional de Bretagne ont d’ailleurs annoncé le renforcement de leur partenariat en vue, précisément, de structurer et développer sur le territoire une filière industrielle dans le domaine de l’éolien flottant. Il s’agit notamment de profiter de l’expérience acquise grâce à la ferme pilote de Groix-Belle-Ile pour développer des parcs à grande échelle en France comme à l’étranger. « Le partenariat que nous signons avec le Conseil régional de Bretagne est important. Il ancre notre présence ici dans la durée avec cette vocation commune de faire du succès du site expérimental de Groix & Belle-Île un véritable apprentissage de l’éolien flottant aux niveaux technique, environnemental, industriel et sociétal.  Eolfi est conscient de l’intérêt de partager l’expérience de cette ferme expérimentale spécifique pour identifier les zones dans lesquelles des développements à plus grande échelle seront possibles à l’horizon 2025 », explique Nicolas Paul-Dauphin, directeur général d’Eolfi.

Pour accompagner cette initiative, la région Bretagne pourra mobiliser le fonds d’investissement EMR, en cours de création, destiné à accompagner les initiatives des sociétés qui conduiront ces études. « À l’heure de la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat, les énergies marines représentent plus que jamais une filière industrielle d’avenir, qui mobilise toute l’attention du Conseil régional de Bretagne depuis plusieurs années. L’éolien flottant, en particulier, représente un potentiel d’énergies renouvelables considérable pour la Bretagne. Toutes les conditions de réussite doivent être en place pour faire de la réalisation de la ferme pilote de Groix-Belle-Île un succès, pour toute la Bretagne. Le partenariat que nous approfondissons aujourd’hui avec EOLFI s’inscrit dans cette ambition » estime pour sa part Loïg Chesnais-Girard, président du Conseil régional de Bretagne.

Quatre éoliennes de 6 MW 

Porté par Eolfi et le groupe chinois CGN EE, le consortium, qui s’appuie également sur Valemo et RTE, s’est ouvert en mai dernier à deux nouveaux acteurs financiers : la Caisse des Dépôts ainsi que Meridiam, fonds d’investissement français dans les infrastructures.

Représentant un investissement de 200 millions d’euros, la future ferme pilote comprendra quatre éoliennes flottantes de forte puissance. La zone retenue, qui couvre une surface de 17 km² avec des profondeurs d’eau d’environ 70 mètres, se situe au plus près à 13 kilomètres de l’île de Groix, près de 20 km de Belle-Île et 25 à 30 km du continent.

Supportant une turbine de 6 MW du type Haliade 150, conçue par GE et réalisée dans son usine de Saint-Nazaire, les quatre éoliennes adopteront une fondation flottante en acier développée par Naval Energies (ex-DCNS Energies) et Vinci. Formant un tripode inversé de 73 mètres de côté pour 35 mètres de hauteur, chaque flotteur sera ancré au fond de la mer par 6 lignes de mouillage pour maintenir l’éolienne sur sa position et éviter qu’elle dérive.

Les quatre machines présenteront une hauteur totale de 190 mètres, dont environ 170 au-dessus de la mer, le mât mesurant 80 mètres et le diamètre du rotor de l’Haliade 150, équipée de trois pales, étant de 150 mètres. Avec une puissance de 24 MW, le parc, relié au réseau électrique terrestre par un câble sous-marin, pourra produire l’équivalent de la consommation électrique de 20.000 foyers. Sa mise en service est prévue à partir de 2020.