Energies Marines
Eolien flottant : feu vert administratif pour le parc pilote du golfe du Lion

Actualité

Eolien flottant : feu vert administratif pour le parc pilote du golfe du Lion

Energies Marines

Porté par Ocean Winds - société commune d’Engie et EDP Renewable – et la Banque des Territoires, le projet de parc pilotes d’éoliennes flottantes du golfe du Lion a annoncé avoir franchi une nouvelle étape. Il s’agit de l’obtention définitive et sans recours des autorisations administratives pour l’installation de trois éoliennes flottantes de 10 MW chacune à 16 kilomètres au large de Leucate (Aude) et du Barcarès (Pyrénées orientales). Les machines seront des MHI Vestas V164-10.0 MW équipées de trois pales longues de 80 mètres, le tout posé sur un mât haut de 104 mètres. Ces éoliennes seront installées sur une fondation flottante PPI à trois colonnes conçue par Principle Power, Eiffage étant chargé de réaliser les trois flotteurs.

Suite à l’obtention des autorisations administratives, les deux maîtres d’ouvrage du projet, la société LEFGL et le gestionnaire français du réseau électrique RTE, ont précisé le calendrier de ce parc pilote, qui vise à valider en conditions réelles les technologies retenues afin de développer ensuite des champs commerciaux à grande échelle. « Le projet EFGL est devenu le 1er projet de ferme pilote éolien flottant définitivement autorisé et sans recours en Méditerranée. Cette nouvelle étape majeure franchie couronne le travail réalisé depuis le lancement du projet début 2017 et les efforts d’information et de concertation déployés par les équipes. Les travaux d’ingénierie ainsi que les démarches de financement et de contractualisation avec les principaux partenaires se poursuivent. Ils vont permettre aux actionnaires du projet, Ocean Winds, société commune dans l’éolien en mer détenue à parts égales entre Engie et EDP Renewables, et la Banque des Territoires de prendre la Décision Finale d’Investissement au printemps prochain », précise LEFGL.

Une fois la décision finale d’investissement actée, les premiers travaux de raccordement électrique doivent débuter à l’automne 2021 pour une durée de deux ans, en commençant par la partie souterraine pour se poursuivre ensuite par la partie sous-marine. « RTE va créer une liaison électrique sous-marine et souterraine à 63 000 volts sur une vingtaine de kilomètres. A terre, au niveau de la plage, la technique du forage dirigé sera utilisée pour permettre le passage de câbles souterrain sans nécessité d’ouvrir de tranchée. L’ouvrage enterré, appelé chambre de jonction, qui fait le lien entre la liaison sous-marine et la liaison souterraine sera quant à lui installé à proximité du parking situé au bout du Cours de la Méditerranée au Barcarès, côté plage. En mer, les travaux d’installation du câble électrique sous-marin sont prévus en 2022. Une fois les travaux achevés, aucune installation RTE ne sera visible en terre comme en mer ».

Pendant ce temps, les trois flotteurs seront construits par Eiffage à Fos-sur-Mer, puis remorqués à Port-la-Nouvelle, où les mâts, pales et turbines seront acheminés afin de permettre leur assemblage sur les fondations flottantes. Ce qui doit être fait au second semestre 2022 avant l’installation en mer et le raccordement des machines au réseau, la mise en service du parc étant prévue début 2023. Ce projet, d’un coût de 215 millions d’euros, doit voir les trois éoliennes produire chaque année l’équivalent de la consommation électrique de plus de 50.000 habitants.

Ce projet fait pour mémoire partie des quatre parcs pilotes d'éoliennes flottantes attribués à l'issue d'un appel d'offres en 2015-2016 avec chacun des technologies différentes (turbines et/ou flotteurs). Deux autres sont également en Méditerranée, à Gruissan (Eolmed avec 3 machines de 10 MW MHI Vestas sur flotteur Ideol) et Faraman (Provence Grand Large, 3 éoliennes Siemens-Gamesa de 8.4 MW et flotteur SBM Offshore), alors que le quatrième est situé sur la façade atlantique, au sud de la Bretagne (Ferme éolienne flottante de Groix & Belle-Ile, 3 éoliennes MHI Vestas de 9.5 MW sur flotteur Naval Group). 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.