Energies Marines
Eolien flottant : La première fondation métallique d’Ideol achevée au Japon

Actualité

Eolien flottant : La première fondation métallique d’Ideol achevée au Japon

Energies Marines

Le chantier nippon Hitachi Zosen de Sakai, dans la baie d’Osaka, vient d’achever la première fondation d’éolienne flottante réalisée en acier et adoptant le concept Damping Pool développé de la société française Ideol. Ce flotteur de 51 mètres de côté et 10 mètres de haut est constitué d’un anneau métallique carré de 6 mètres de large intégrant des ballasts. D’un poids de 3100 tonnes à sec, il aura une fois installé un tirant d’eau de 7.5 mètres. Ce démonstrateur, qui supportera une éolienne de 3 MW,  sera testé sur une zone d’essais située à une quinzaine de kilomètres du port de Kitakyushu. L’installation est prévue cet été pour une mise en fonction de l’éolienne cet automne.

On rappellera que le Japon, qui a d’importants projets de développement dans l’éolien flottant, est l’une des grandes terres de conquête d’Ideol. En dehors de ce démonstrateur, la société française a conclu en mars dernier un Memorandum of Understanding (MOU) avec Acacia Renewables (ex-RES Japon, désormais filiale à 100% de Macquarie Capital Japan). Les deux partenaires vont travailler au développement d’une ferme commerciale d’éoliennes flottantes au Japon, l’objectif étant de débuter sa construction en 2023.

Pendant ce temps, Ideol, qui a également des projets en Chine, va profiter du retour d’expérience du premier démonstrateur adoptant le Damping Pool. Il s’agit du projet Floatgen, installé le mois dernier sur le site d’essais SEM-REV opéré par Centrale Nantes au large du Croisic. Réalisée en béton, cette fondation de 36 mètres de côté et environ 5000 tonnes supporte une machine de 2 MW.

 

Le démonstrateur Floatgen lors de son installation sur le SEM-REV (© :

Le démonstrateur Floatgen lors de son installation sur le SEM-REV (© : Ideol / BYTP / Centrale Nantes / Above all)

 

L’entreprise est également engagée dans le projet EolMed, qui fait partie des quatre premiers parcs pilotes attribués par le gouvernement français. Il verra l’installation de quatre machines de 6.2MW à une quinzaine de kilomètres au large de Gruissan, dans l’Aude. Les travaux de construction devraient débuter à partir de 2020. Les flotteurs en béton doivent être réalisés à Port-la-Nouvelle.