Energies Marines
Eolien flottant : Quadran et Eolfi désignés pour développer les deux premiers parcs français

Actualité

Eolien flottant : Quadran et Eolfi désignés pour développer les deux premiers parcs français

Energies Marines

Les deux premiers lauréats de l’appel à projets pour le développement de fermes pilotes d’éoliennes flottantes au large des côtes françaises ont été désignés vendredi 22 juillet. Il s’agit de Quadran, qui installera sur la zone de Gruissan, en Méditerranée, quatre machines de 6.12 MW ; et du projet d’Eolfi et CGN, qui verra l’implantation devant l’île de Groix, en Bretagne, de quatre éoliennes de 6 MW. « Ces projets sont une première en France. Ils contribueront au développement du tissu industriel des territoires d'implantation. Ils bénéficieront d'une aide à l'investissement dans le cadre du programme des investissements d'avenir et d'un tarif d'achat garanti pour l'électricité produite », explique Ségolène Royal, qui rappelle que le développement des énergies marines renouvelables est considéré comme un levier majeur de la transition énergétique et de la croissance verte et bleue.

Un objectif de 11 GW produits par les énergies marines

Dans cette perspective, la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a fixé des objectifs ambitieux dans l'arrêté du 24 avril 2016 relatif au développement des énergies renouvelables. Pour l’éolien en mer posé, il s’agit de mettre en service d’ici 2023 3000 MW et d’attribuer 6000 MW supplémentaires, avec notamment le lancement d'un troisième appel d'offres sur une zone favorable au large de Dunkerque, s'ajoutant aux sites déjà attribués du Tréport, Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire-Guérande et Noirmoutier-Yeu.

Pour les autres EMR, hydrolien et éolien flottant, le gouvernement français vise 100 MW opérationnels en 2023 et l’attribution de 2000 MW supplémentaires, qui passera par l’accélération du calendrier des appels d’offres commerciaux.

Ces objectifs sont repris dans le projet de Plan Pluriannuel de l’Energie, actuellement en consultation et qui a reçu le 21 juillet l'avis favorable du Conseil supérieur de l'énergie.

Quatre fermes pilotes pour l’éolien flottant

Groix et Gruissan font partie des quatre sites français concernés par l’appel à projets sur l’éolien flottant lancé le 5 août 2015 par l’ADEME et qui s’est clos le 4 avril dernier. Cette nouvelle technologie permet en particulier de s’affranchir des problématiques de profondeur et donc de profiter de zones ventées inaccessibles aux éoliennes posées sur le fond marin. Il est également possible grâce à l’éolien flottant d’éloigner les parcs du littoral.

Les deux autres implantations concernées par l’appel à projets se trouvent en Méditerranée : au large du phare de Faraman (Provence-Alpes-Côte d'Azur) et des étangs de Leucate, situés comme Gruissan dans l’ancienne région Languedoc-Roussillon, qui forme désormais avec Midi-Pyrénées l’Occitanie. Pour ces deux sites, les dossiers déposés sont encore en cours d’instruction, Ségolène Royal ayant indiqué que les lauréats devraient être connus « à la rentrée ».

 

(© : IDEOL)

(© : IDEOL)

 

Gruissan : Ideol pour les fondations et Senvion pour la machine

Concernant le futur parc pilote de Gruissan, Quadran a retenu le concept Damping Pool développé par la société française Ideol et dont les premiers modèles sont produits en France et au Japon. Cette fondation flottante, qui sera réalisée en béton par Bouygues Travaux Publics (un démonstrateur est en cours de construction à Saint-Nazaire pour être testé sur le site d’essais SEM-REV au large du Croisic en 2017), supportera la nouvelle turbine 6.2M152 de l’Allemand Senvion. Port-La-Nouvelle servira de base pour la construction des flotteurs et l’assemblage des éoliennes.

 

(© : DCNS)

(© : DCNS)

 

Groix : DCNS pour le flotteur et GE pour la turbine

Pour Groix, le Français Eolfi, qui développe depuis 2012 quatre projets de fermes commerciales flottantes Taïwan (pour une puissance totale de 2 GW), est allié à l’énergéticien CGN Europe Energy. Pour le projet breton, ce sont les flotteurs en acier conçus par DCNS, en collaboration avec Vinci pour la partie béton, qui ont été choisis. Ces fondations supporteront des Haliade 150 – 6MW produites à Saint-Nazaire par General Electric (ex-Alstom). Les quatre éoliennes flottantes, assemblées à Brest, seront ancrées au large de Groix, entre 13 et 14 kilomètres des côtes les plus proches.

Ces fermes pilotes, représentant chacune un investissement d’environ 200 millions d’euros, devraient voir le jour autour de 2020. Elles seront la dernière étape avant le développement de fermes commerciales, fortes chacune de plusieurs dizaines de machines.

 

 

Energies Marines Renouvelables Naval Group | Actualité industrie navale de défense