Energies Marines
Eolien offshore : Appel d’offres pour un nouveau site au large de Dunkerque

Actualité

Eolien offshore : Appel d’offres pour un nouveau site au large de Dunkerque

Energies Marines

Le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a annoncé hier le lancement d’un nouvel appel d’offres pour le développement de l’éolien offshore au large des côtes françaises. Cette fois, c’est un site au large de Dunkerque qui est concerné. « Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la poursuite du développement de l’éolien en mer posé, qui contribue à l’atteinte de l’objectif de 40 % d’électricité renouvelable à l’horizon 2030, fixé par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte », souligne les services de Ségolène Royal, qui n’a donc pas attendu la deuxième conférence nationale de la mer et des océans, qui se tient vendredi à Paris, pour faire cette annonce.

Six zones déjà attribuées en 2012 et 2014

Pour mémoire, il s’agit du troisième appel d’offres sur l’éolien offshore en France. Le premier, lancé en 2011, a vu l’attribution l’année suivante des sites de Fécamp, Courseulles-sur-Mer et Guérande au consortium EDF EN/Alstom, alors qu’Iberdrola a décroché Saint-Brieuc. L’ensemble représente une capacité de 2000 MW. Le second appel d’offres, initié en 2013, portait quant à lui sur deux zones, l’une au large du Tréport (déclarée infructueuse lors de la première procédure) et l’autre entre Noirmoutier et l’île d’Yeu, soit 1000 MW supplémentaires. GDF Suez, devenu depuis Engie, a été désigné lauréat de ces sites en 2014.

Une nouvelle procédure

Le ministère annonce que le troisième appel d’offres « se caractérisera par plusieurs nouveautés, visant à réduire les coûts et à simplifier les procédures, dans le cadre d’une ordonnance et d’un décret publiés prochainement, après examen du Conseil d’Etat :  

- Une nouvelle procédure, dite de « dialogue concurrentiel », qui sera adaptée aux spécificités de l’éolien en mer : elle permettra d’échanger avec les candidats afin de préciser le cahier des charges et de leur donner la possibilité d’améliorer leurs offres au cours de la procédure.

- Des études de levée des risques liés au vent, à la houle, à la profondeur et à la composition des sols seront réalisées par des établissements publics avant la remise définitive des offres, afin que les industriels puissent affiner leurs propositions et prendre en compte ces risques à leur juste niveau ;

- Diverses mesures de simplification visant à faciliter l’obtention des autorisations sont également prévues. En particulier, la concession d’occupation du domaine public maritime sera attribuée au lauréat en même temps que l’appel d’offres »

Energies Marines Renouvelables