Energies Marines
Eolien offshore : Equinor a des vues sur le Brésil

Actualité

Eolien offshore : Equinor a des vues sur le Brésil

Energies Marines

Equinor (ex-Statoil) a des vues sur l’éolien offshore au Brésil. Déjà présent dans le pays depuis une vingtaine d’années, où il est le deuxième plus gros opérateur pétrolier, le groupe norvégien a déposé une demande à l’Ibama (Institut brésilien de l'environnement et des ressources naturelles renouvelables, qui dépend du ministère de l’Environnement) pour réaliser des études d’impact sur deux champs éoliens offshore, selon des médias brésiliens.

Aracatu I et II représentent un potentiel de 2 GW chacun. Ils se situent à 20 km au large des Etats voisins de Rio de Janeiro et Espirito Santo, par des profondeurs comprises entre 15 et 35 mètres. Le premier (à Rio) pourrait être achevé d’ici 2024. En tout, les champs compteraient 320 turbines de 12 MW. S’il était équipé de turbines de 14 MW, chacun pourrait même produire 2.33 GW. A titre de comparaison les trois sites du champ de Dogger Bank, plus gros projet en cours de construction, produiront 3.6 GW (1.2 GW chacun).

Equinor n’est pas seul à s’intéresser au potentiel brésilien. Neoenergia, filiale de l’espagnol Iberdrola, est en discussion avec le Brésil pour implanter trois projets pour un total de 9 GW. Il voudrait installer des turbines de 15 MW avec un rotor de 245 mètres.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.