Energies Marines
Eolien offshore : GDF Suez et ses partenaires présentent leurs projets

Actualité

Eolien offshore : GDF Suez et ses partenaires présentent leurs projets

Energies Marines

Candidats à la construction des parcs du Tréport et de Noirmoutier, qui constitue le second appel d’offres français sur le développement de l’éolien offshore, GDF Suez et ses partenaires, EDP Renewables, Neoen Marine et Areva, ont présenté la semaine dernière leurs projets. Sur les deux sites, qui doivent être mis en service vers 2021, ces industriels sont en compétition avec EDF EN, WPD Offshore et Alstom.

GDF Suez, qui n’avait pas été retenu en 2012 pour le premier appel d’offres, qui avait vu le consortium emmené par EDF emporter les champs de Courseulles-sur-Mer, de Fécamp et de Guérande, alors que le groupement emmené par Iberdrola avait décroché celui de Saint-Brieuc, s’est cette fois allié à Areva. Ce dernier propose pour les sites du Tréport et de Noirmoutier une toute nouvelle machine, la plus puissante du marché. Avec ses 8 MW, elle surclassera l’Haliade 150 d’Alstom (6 MW) et, met en avant son concepteur, permettra de réduire de 40% le nombre de machine sur chaque parc. Ainsi, pour obtenir une puissance de 500 MW par site, il ne faudrait que 62 éoliennes, contre plus de 80 pour la concurrence. Cela réduit donc les coûts, en fabrication comme en installation et à priori en maintenance. Un avantage qui doit néanmoins être tempéré puisqu’une machine plus grosse signifie aussi des moyens logistiques plus lourds, notamment en mer, ainsi que des conditions de vent assez favorables pour que la turbine puisse fonctionner suffisamment à pleine puissance pour que sa taille soit un vrai facteur de

Engie | Toute l'actualité maritime du géant de l'énergie Energies Marines Renouvelables Energie éolienne | Toute l'actualité sur l'éolien en mer