Energies Marines
Eolien offshore : La France lance un deuxième appel d'offres

Actualité

Eolien offshore : La France lance un deuxième appel d'offres

Energies Marines

L’annonce était attendue pour la fin de l’année 2012. Elle est finalement tombée hier. Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, a formellement annoncé  le lancement du deuxième appel d’offres pour la construction d’éoliennes au large des côtes françaises. La Commission de Régulation de l’Energie a été saisie sur le cahier des charges pour le sites du Tréport, ainsi que celui situé entre l'îles d’Yeu et Noirmoutier. Soit 1000 MW qui viendront compléter les 2000 MW du premier appel d’offres. Pour mémoire, ce dernier avait, en avril dernier, attribué les champs de Courseulles,  Fécamp et du banc de Guérande au consortium EDF – Alstom et celui de Saint-Brieuc à  Iberdrola-Areva. Ces champs devraient commencer leur production entre 2016 et 2020. Ceux du deuxième appel d’offres entreraient en exploitation entre 2021 et 2023.
Ces deux champs ne sont pas une réelle nouveauté puisque celui du Tréport figurait déjà dans le premier appel d’offres. Aucun consortium n’avait réussi à obtenir le marché en raison du coût élevé proposé. Le projet vendéen, dit des Deux Iles, était un des premiers sites envisagés, avant d’être retiré pour des raisons semble-t-il essentiellement politiques, de la première procédure d'attribution.
Les candidats devront remettre leurs offres à la CRE entre mars et septembre, lauréats étant désignés en janvier 2014.
Selon un communiqué du ministère, « les investissements générés par cet appel d'offres s'élèveront à environ 3.5 milliards d'euros et permettront de sécuriser les 10.000 emplois industriels directs attendus grâce au développement de cette filière d'avenir. Leur coût annuel pour la collectivité est estimé à environ 500 millions d'euros ».


 

Energie éolienne | Toute l'actualité sur l'éolien en mer Energies Marines Renouvelables