Energies Marines
Eolien offshore : Le ministère de l'Ecologie présente son plan de développement

Actualité

Eolien offshore : Le ministère de l'Ecologie présente son plan de développement

Energies Marines

Jean-Louis Borloo, ministre français de l'Ecologie, a présenté hier, en Conseil des ministres, une communication relative au programme de développement de l'éolien en mer issu du Grenelle de l'Environnement. Pour mémoire, le plan de développement des énergies renouvelables de la France prévoit une accélération du développement de l'énergie éolienne en mer, et vise l'installation d'une capacité de 6000 MW à l'horizon 2020. Cet objectif a été confirmé lors du Grenelle de la Mer et lors de l'adoption de la nouvelle «feuille de route énergétique de la France». Pour le ministère de l'Ecologie, l'enjeu pour la France est double : « Il s'agit de respecter les engagements du Grenelle Environnement et du paquet énergie-climat, mais aussi de conquérir une position de leader dans la future industrie des énergies marines et permettre la création de milliers d'emplois pérennes sur le sol national. Le programme de développement de l'éolien en mer du Grenelle Environnement illustre ainsi la croissance verte dans laquelle notre pays s'est engagé, grâce au Grenelle Environnement ».
Le plan de développement de l'éolien en mer se décline en plusieurs axes.

Une planification concertée et un cadre règlementaire simplifié

Le premier réside dans ce que le ministère appelle une « planification concertée ». Au printemps 2009, le gouvernement a demandé aux préfets des régions Bretagne, Pays de la Loire, Haute-Normandie, Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d'Azur de mettre en place, pour chaque façade maritime, une instance de concertation et de planification, rassemblant l'ensemble des parties prenantes. Le recensement des enjeux techniques, réglementaires et environnementaux est désormais achevé, et les préfets ont reçu pour instruction de finaliser la concertation avec les différentes parties prenantes avant la fin du 1er semestre 2010. Ces travaux permettront au gouvernement d'annoncer dans les toutes prochaines semaines la sélection d'une dizaine de «zones propices» dans lesquelles l'éolien en mer sera développé.
Le second axe du plan de développement consiste à simplifier le cadre règlementaire régissant l'implantation de parcs éoliens offshores. « Dès l'adoption du projet de loi portant engagement national pour l'environnement («Grenelle 2»), les procédures applicables à l'éolien en mer seront très nettement simplifiées, et la gestion du raccordement des éoliennes en mer au réseau électrique pourra être optimisée : RTE pourra mettre en place, pour chacune des zones propices, les capacités de raccordement nécessaires », affirment les services de Jean-Louis Borloo.

Le recours aux appels d'offres à partir d'octobre

Le gouvernement lancera à partir d'octobre prochain une première série d'appels d'offres visant l'implantation de 3000 MW dans les zones identifiées comme propices à l'issue de la démarche de planification et de concertation menée ces derniers mois. Les projets seront sélectionnés au troisième trimestre 2011 sur la base du prix d'achat de l'électricité proposé et du délai de mise en service des installations. « Ces appels d'offres s'adressent à des opérateurs industriels. A ce titre, les candidats devront exposer leur projet industriel : contribution au développement de l'industrie dans l'éolien en mer, mobilisation du tissu industriel et des infrastructures locales, créations d'emplois... », précise le ministère.
Ce dernier souhaite que l'engagement pluriannuel visant à installer 6000 MW d'ici 2020 et le dispositif mis en place permette de développer une filière française. Pour cela, les industriels demandent une visibilité à long terme de manière à lancer les investissements nécessaires à l'émergence d'une filière tricolore importante. Selon le ministère de l'Ecologie : « Le ciblage des appels d'offres dans des zones définies à l'issue d'une concertation préalable permettra à la fois de conduire un développement ordonné, évitant notamment la précipitation ou le mitage, et de donner aux projets la meilleure acceptabilité ».
Plusieurs projets ont déjà été présenté en Manche et Atlantique. Outre les professionnels de l'éolien, les places portuaires sont également très intéressées la mise en place de champs éoliens en mer. Ces derniers pourraient générer, en effet, d'importantes retombées en matière d'activité autour de ports comme Dunkerque, Le Havre, Cherbourg ou encore Nantes Saint-Nazaire.

Energie éolienne