Energies Marines
Eolien offshore : Le projet d'usines du Havre relancé ?

Actualité

Eolien offshore : Le projet d'usines du Havre relancé ?

Energies Marines

Le Havre pourrait finalement voir la construction des deux usines d’éoliennes offshore envisagées, en 2012, par Areva. C’est Filippo Cimitan, président de Siemens Gamesa France, qui expose les derniers développements du projet dans les colonnes de nos confrères de Paris-Normandie.

Pour mémoire, Areva, initialement choisi pour fournir les éoliennes du futur champ éolien offshore de Saint-Brieuc, avait annoncé en 2012 la construction de deux usines, une dédiée aux pales, l’autre aux nacelles, sur le quai Joannès Couvert du port du Havre, avec à la clé 750 emplois. Une convention de financement avait même été signée avec le Grand Port Maritime du Havre et les collectivités locales en 2014, dans laquelle les partenaires publics s’étaient engagés à hauteur de 57.4 millions d’euros pour des travaux de remembrements et le renforcement des quais. Mais, entre temps, les délais d’implantation des champs éoliens français se sont allongés. Areva a quitté, en 2016, le secteur de l’éolien offshore, repris par Gamesa, qui a ensuite fusionné ses activités avec Siemens. Le projet havrais semblait donc suspendu.

Mais le récent feu vert de l’Agence Française de la Biodiversité au champ de Dieppe-Le Tréport parait avoir fait évoluer le dossier. En effet, ce champ, mais également celui de Noirmoutier-Yeu, sera équipé de machines Adwen, fabriquées par Siemens-Gamesa. Avec celles de Saint Brieuc, c’est en tout 186 machines de 8 MW qui sont destinées au marché français. De quoi, donc, remettre au goût du jour le projet havrais.

Pour autant, Filippo Cimitan, cité par Paris Normandie, ne veut pas mettre la charrue avant les bœufs : «  nos étapes suivent celles de nos clients. Chaque projet a un parcours différent avec des contraintes administratives liées à la spécificité de chaque dossier. Nous suivons chacun d’entre eux et leur développement ». Mais il précise que la procédure de préreservation de l’espace portuaire, mise en suspens ces dernières années, a été reprise avec le GPM. « Courant 2018, nous aurons un nouveau dépôt de permis de construire de nos usines. Il va intégrer les modifications apportées à la marge par des innovations technologiques ». Si les décisions d’investissements des clients se confirment, les travaux pourraient démarrer en 2019.

 

Port du Havre