Vie Portuaire
Eolien offshore : Le terminal du Verdon se positionne

Actualité

Eolien offshore : Le terminal du Verdon se positionne

Vie Portuaire

A défaut d'un terminal méthanier, le Grand Port Maritime de Bordeaux souhaite positionner la zone du Verdon sur le secteur de l'éolien, et notamment de l'éolien offshore. « Le GPMB affiche sa volonté de développer son terminal portuaire du Verdon, par l'implantation d'activités industrielles nécessitant la proximité immédiate d'infrastructures portuaires. Le port possède d'ailleurs les terrains propices à l'accueil de toute la chaîne de production d'éoliennes de dernière génération : construction, assemblage, exportation. Il peut également offrir une zone foncière particulièrement adaptée pour implanter les prototypes indispensables à la réalisation des tests et mesures diverses : la perspective de la création d'une Zone de Développement Eolien (ZDE) est un argument de poids, renforçant l'attractivité de la région pour l'émergence d'une nouvelle filière », affirme le port, membre du cluster Aquitaine Wind Industry, qui regroupe les entreprises et acteurs publics oeuvrant pour le développement de la filière éolienne en Aquitaine.


Sélection des candidats d'ici le 15 novembre

Le GPMB a donc décidé de publier un appel à candidatures pour ses emprises foncières sur le site du Verdon. Cinq parcelles sont concernées, dont une située en zone franche douanière, pour les projets industriels d'un ou plusieurs opérateurs. Une zone de test de 100 hectares (dont 14 immédiatement mobilisables) pourra également être mise à disposition pour l'installation de prototypes. « Le terminal en eau profonde du Verdon, équipé d'une rampe pour navires rouliers et disposant d'aire de pré stockage et de stockage situées immédiatement à l'arrière de la zone de déchargement, représente in fine un emplacement portuaire performant, capable de répondre aux besoins logistiques des projets industriels éoliens, notamment offshore, prévus en France et en Europe. Des synergies industrielles sont possibles avec l'Eco-parc de Blanquefort, et le site portuaire de Grattequina, où le port investit 20 millions d'euros pour la création d'un nouveau terminal portuaire, permettant notamment le chargement de pièces de grandes dimensions », souligne encore le GPMB.
Les candidats ont jusqu'au 15 septembre pour remettre leur dossier, la sélection étant prévue, au plus tard, le 15 novembre. Le port prévoit ensuite la signature, avec la ou les sociétés retenues, d'une convention de réservation de 3 ans, « pour un projet industriel capable de générer du trafic maritime et de valoriser la zone industrialo-portuaire du Verdon tout en intégrant les différents enjeux environnementaux du site ».

Port de Bordeaux