Energies Marines
Eolien offshore : L'Elysée enterre le projet vendéen des Deux Iles

Actualité

Eolien offshore : L'Elysée enterre le projet vendéen des Deux Iles

Energies Marines

C'est un coup dur pour la filière de l'éolien offshore. Selon les Echos, dans un courrier en date du 12 novembre, Nicolas Sarkozy répondrait au souhait du président du Conseil général de la Vendée de ne pas voir implantés 120 mâts entre Noirmoutier et l'île d'Yeu. « J'ai pris bonne note de votre avis concernant le projet d'éoliennes au large de l'ile de Noirmoutier, je vous informe que le Gouvernement a décidé de ne pas retenir cette zone », aurait écrit le président de la République à Philippe de Villiers. Porté par WPD Offshore, ce projet semblait pourtant l'un des plus prometteurs sur les côtes hexagonales. Grâce à une importante phase de concertation, l'industriel avait même convaincu les pêcheurs locaux de l'intérêt d'implanter ce champ éolien au large des côtes vendéennes. Le parc des Deux Iles aurait été implanté à plus de 17 km de Noirmoutier et plus de 12 km de l'île d'Yeu, soit plus de 25 km du continent. D'une puissance de 600 MW, il aurait permis de couvrir 70% des besoins en électricité de la Vendée. Nécessitant un investissement de 1.5 milliard d'euros, le parc aurait entrainé d'importantes retombées financières, non seulement pour la phase de construction, mais également pour son exploitation. Ainsi, de nombreux acteurs s'étaient dits intéressés dans toute la région, jusqu'au port de Nantes Saint-Nazaire pour servir de base arrière pour l'assemblage ou encore les chantiers STX France, qui espèrent se diversifier dans les navires de pose d'éoliennes.

Navire de pose d'éoliennes, ici à Dunkerque (© : DUNKERQUE PORT)
Navire de pose d'éoliennes, ici à Dunkerque (© : DUNKERQUE PORT)

Localement, des emplois étaient aussi attendus pour la phase de réalisation puis de maintenance, avec le développement d'une base logistique et la construction de petits navires pour assurer l'entretien du site. « C'est une bien triste nouvelle pour la région des Pays-de-la-Loire. Ce projet est pourtant largement soutenu par les acteurs locaux et l'ensemble de la majorité régionale, y compris les élus UMP, qui ont voté un voeu soutenant ce projet le 1er juillet dernier. Ce projet est même le seul en France à avoir bénéficié du soutien écrit du Comité Régional des Pêches », explique le président du Conseil régional des Pays-de-la-Loire. Pour Jacques Auxiette, l'abandon du projet vendéen est « absurde et incompréhensible ».
Il restera désormais à voir ce qui restera du grand projet d'implantation d'éoliennes offshores en France, porté lors du Grenelle de l'Environnement et du Grenelle de la Mer. L'Etat, qui a délimité des zones pour implanter ces camps, doit prochainement lancer un appel d'offres pour le développement de l'éolien en mer. A la fin de l'été, Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Ecologie, avait précisé que ce marché devait couvrir, au total, 600 éoliennes pour une puissance de 3000 MW. Mais l'appel d'offres, qui devait intervenir en septembre, n'est toujours pas sorti.

Energie éolienne | Toute l'actualité sur l'éolien en mer