Energies Marines
Eolien offshore : Les industriels bretons inquiets

Actualité

Eolien offshore : Les industriels bretons inquiets

Energies Marines

Les entreprises bretonnez de la filière navale cherchant à se développer dans les Energies Marines Renouvelables se disent inquiètes. Lors de la réunion de la Conférence Régionale de la Mer et du Littoral le lundi 28 juin à Rennes, la planification de l'éolien posé en région Bretagne a été remise en question. Les entreprises qui développent leurs activités dans le secteur des Energies Marines Renouvelables s'inquiètent du décalage dans la réalisation des projets », explique Jacques Dubost, président de Bretagne Pôle Naval. Les craintes portent essentiellement sur l'éolien offshore « posé », c'est-à-dire des mâts allant jusqu'au fond, que certains voudraient voir limité pour privilégier l'éolien offshore flottant, dont la technologie n'est pourtant pas encore considérée comme mâture. Les grands industriels du secteur considèrent, d'ailleurs, que ce sont les investissements dans l'offshore, prêt à être installé, qui permettra de financer les recherches permettant d'aboutir à l'émergence de nouvelles technologies, comme les éoliennes flottantes, les hydroliennes ou encore les ferme houlomotrices.

Enjeux industriels, portuaires et d'emploi

Considérées comme pourvoyeuses de nombreux emplois à l'avenir, les EMR, à commencer par l'éolien posé, sont donc considérées comme un débouché majeur pour les entreprises du secteur naval. « L'enjeu industriel et donc de l'emploi généré par ces projets est essentiel, notamment dans les espaces portuaires pour la réalisation des fondations et l'assemblage des éoliennes, puis dans les ports de proximité pour l'exploitation et la maintenance. Cet enjeu industriel de l'éolien posé s'inscrit également dans la perspective de développement de telles activités pour les autres types d'Energies Marines Renouvelables à venir et notamment l'hydrolien et l'éolien flottant. De nombreuses entreprises de la région ont déjà intégré ce développement dans leur stratégie et un décalage ou une remise en cause leur serait préjudiciable », estime Jacques Dubost. BPN, qui regroupe 70 sociétés (principalement à Lorient, Concarneau, Brest et Saint-Malo) souhaite donc que « la planification retenue génère le plus tôt possible une activité industrielle dans les espaces portuaires de la région ».

Energie éolienne