Energies Marines
Eolien offshore : Les projets de l'appel d'offres sont déposés

Actualité

Eolien offshore : Les projets de l'appel d'offres sont déposés

Energies Marines

La copie a été rendue. Les dossiers sont désormais sur le bureau du ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Plusieurs consortiums ont en effet répondu à l'appel d'offres portant sur l'implantation de cinq champs éolien offshore en Manche et en Atlantique. 600 éoliennes à installer à partir de 2016 et qui devront produire 3 MW, en attendant la deuxième tranche de l'appel d'offres qui devrait permettre de doubler cette capacité.
Cinq sites ont été sélectionnés. Celui du Tréport où seul le consortium GDF Suez - Vinci- Areva - E-On a répondu. Celui de Fécamp où le consortium de GDF Suez est concurrencé par celui mené par EDF Energies Nouvelles avec le Danois Dong et le développeur WPD Offshore. Celui de Courseulles-sur-Mer où les deux consortiums précités sont également en concurrence. Celui de Saint-Brieuc pour lequel GDF Suez s'est associé à l'Allemand Siemens, Areva à l'énergéticien espagnol Iberdrola et EDF-EN au développeur breton Nass&Wind, ainsi qu'Alstom et Dong. Ces deux derniers consortia postulent également sur le site du banc de Guérande.
Il y a donc en tout 10 offres, incluant des partenaires industriels majeurs. Le choix des lauréats seront connus en avril, "avant les élections présidentielles", a promis Nathalie Kosciusko-Morizet.

Le portugais EDP attend le deuxième appel d'offres

EDPR, filiale de l'électricien portugais EDP et un des principaux exploitants d'éoliennes au monde, a renoncé à participer. "Nous avons préféré ne pas nous présenter, même si nous sommes plus que jamais motivés par la France et par l'offshore. Nous avons décidé de passer notre tour pour cet appel d'offres-là, mais nous sommes bien intéressés par le suivant, dont les modalités n'ont pas encore été fixées", a expliqué son directeur France. "Nous avons constaté que la première tranche de l'appel d'offres était de taille insuffisante. Nous avions milité pour une première tranche plus importante, mais il n'y a que cinq lots, et cela a un peu verrouillé le nombre de prétendants", a-t-il conclu

Energie éolienne