Energies Marines
Eolien offshore : L’usine Alstom de Montoir recrute pour monter en puissance

Actualité

Eolien offshore : L’usine Alstom de Montoir recrute pour monter en puissance

Energies Marines

La nouvelle usine ligérienne de production de turbines et nacelles d’éoliennes offshore, inaugurée en décembre 2014, commence à monter en puissance avec les premières commandes décrochées par Alstom. Dans cette perspective, l’industriel français a lancé cet été une campagne de recrutement visant à embaucher 85 personnes sur le site de Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire : 73 postes d’opérateurs, ainsi que 6 postes d’inspecteurs qualité, 3 chefs d’équipe et 3 techniciens. « Les opérateurs ont un rôle crucial dans le bon déroulement des projets, puisque c’est sur eux que repose la ligne d’assemblage des éoliennes Haliade150-6MW. Quant aux inspecteurs qualité et aux chefs d’équipe, ils sont les garants de la qualité de nos produits et de la cohésion de nos équipes », explique Pascal Girault, directeur de la nouvelle usine, dont les effectifs devraient atteindre, d’ici la fin de l’année, 140 personnes, dont 110 opérateurs. En plus de l’éolien offshore, on rappellera qu’Alstom emploie également 45 collaborateurs dans son centre d’ingénierie de Nantes, spécialisé dans les hydroliennes. Pour les énergies marines renouvelables, les effectifs du groupe en Pays de la Loire vont donc rapidement atteindre 200 personnes. Et ce n’est pas fini puisque le secteur des EMR est en plein essor et que les futurs contrats qu’Alstom compte engranger devraient permettre de développer encore l’emploi.

 

Fabrication d'une Haliade 150 (© : ALSTOM)

Fabrication d'une Haliade 150 (© : ALSTOM)

 

Premières livraisons pour le Danemark et les Etats-Unis

Pour l’heure, les nouvelles usines ligériennes du groupe débutent leur production avec le marché export. Ainsi, les recrutements qui vont être effectués visent dans un premier temps à exécuter les deux contrats signés à l’international. Le premier consiste à fournir à EDF EN une Haliade 150 qui sera installée sur le site d’essais en mer d’Osterild, au Danemark. Toute première machine produite par la nouvelle usine, elle doit être livrée à partir de janvier 2016. Les équipes d’Alstom enchaineront avec le contrat emporté l’an dernier aux Etats-Unis. Il s’agit de réaliser 5 Haliade 150 pour équiper le champ expérimental Block Island, prévu pour entrer en service fin 2016 et qui sera le premier parc éolien offshore américain. Les livraisons de ces machines doivent s’échelonner entre février et avril 2016.

Montée en puissance avec l’Allemagne

C’est ensuite que débutera la véritable montée en puissance de l’usine, qui s’attaquera l’an prochain à la commande géante décrochée cet été par Alstom. L’industriel français a en effet signé avec son partenaire belge DEME un accord pour la livraison et l’installation de 66 éoliennes destinées au parc allemand Merkur Offshore, dont les Haliade 150 seront livrées en 2017 et 2018.

 

Nacelle d'une Haliade 150 (© : ALSTOM)

Nacelle d'une Haliade 150 (© : ALSTOM)

 

Les projets français se font attendre

Pour la suite, les projets français devraient, enfin, apporter de la charge de travail. Depuis avril 2012, Alstom a signé avec EDF EN un contrat portant sur la fourniture de 238 Haliade 150 destinées aux futurs champs de Guérande, Fécamp et Courseulles-sur-Mer. Mais, trois ans et demi plus tard, cette commande n’est toujours pas entrée en vigueur car, contrairement aux pays d’Europe du nord, la France se noie comme à son habitude dans les procédures administratives, qui retardent considérablement les projets. Tant et si bien que les premiers parcs éoliens au large des côtes hexagonales, qui devaient ironie de l’histoire permettre de lancer une nouvelle filière industrielle (heureusement démarrée avec l’export), risquent fort de ne pas être achevés avant la fin de la décennie. Alors qu’Alstom espère que le contrat avec EDF EN entrera en vigueur au plus tard en 2018, le groupe redouble d’efforts pour engranger des commandes à l’international et, ainsi, poursuivre le développement de son nouvel outil industriel.

 

Haliade 150 en mer (© : ALSTOM)

Haliade 150 en mer (© : ALSTOM)

 

Jusqu’à 300 personnes pour une centaine de machines par an

Dimensionnée pour pouvoir produire jusqu’à 100 turbines et nacelles par an, l’usine de Saint-Nazaire devrait, à pleine charge, c’est-à-dire d’ici 2020, employer 300 personnes. En plus de l’éolien posé en France et à l’export, on rappellera qu’Alstom travaille également sur l’adaptation de l’Haliade 150 comme éolienne flottante. 

Energies Marines Renouvelables