Energies Marines
Yeu-Noirmoutier, Dieppe-Le Tréport: où en sont les parcs éoliens?

Interview

Yeu-Noirmoutier, Dieppe-Le Tréport: où en sont les parcs éoliens?

Energies Marines

Après les parcs du premier appel d’offres français sur l’éolien offshore attribués en 2012 (Saint-Nazaire, Saint-Brieuc, Courseulles-sur-Mer et Fécamp) dont les travaux sont en cours en vue de mises en service à partir de 2022, vont venir ceux du second round, dont les lauréats ont été désignés en 2014. Tous deux sont aujourd’hui portés par des sociétés de projet, EMDT (Eoliennes en Mer Dieppe Le Tréport) et EMYN (Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier), détenues par un consortium emmené par Ocean Winds (coentreprise d’Engie et de l’espagnol EDPR) pour 60.5%, le groupe japonais Sumitomo (29.5%) et la Caisse des Dépôts (10%).  

Christelle Céleste, nouvelle directrice des relations extérieures d’EMYN et EMDT, fait aujourd’hui le point avec Mer et Marine sur l’avancée de ces deux projets.

MER ET MARINE : Vous avez pris vos fonctions en début d’année et vous connaissez bien le secteur des énergies renouvelables, où vous travaillez depuis une quinzaine d’années, mais aussi les parcs dont vous vous occupez aujourd’hui, en particulier celui de Yeu-Noirmoutier…

CHRISTELLE CELESTE : Oui, j’ai succédé à Lucile Forget en janvier mais je travaille sur le projet de Yeu-Noirmoutier quasiment depuis ses débuts car il a été attribué en juin 2014 et j’ai intégré l’équipe en janvier 2015. Je m’occupais précédemment des aspects socio-industriels du projet avec notamment les organismes chargés du développement économique des territoires et les entreprises régionales. Nous avons réalisé un gros travail pour nous faire connaitre, connaitre les entreprises intéressées et intéressantes, voir les implications d’un tel projet… Tout cela nous a conduit à avoir déjà signé des contrats avec une cinquantaine d’entreprises des Pays de la Loire, essentiellement en Vendée et en Loire Atlantique. Et un travail analogue a été mené pour Dieppe-Le Tréport, avec à ce jour près de 70 entreprises impliquées, principalement dans la Somme et en Seine-Maritime.

Pouvez-vous nous rappeler les caractéristiques de ces deux futurs parcs ?

Chacun sera équipé de 62 éoliennes Siemens-Gamesa de 8 MW, soit une puissance de 496 MW pour Yeu-Noirmoutier et autant pour Dieppe-Le Tréport. Cela représente 30% de la puissance éolienne en cours de développement au large des côtes françaises. Les deux parcs permettront à terme de fournir la consommation en énergie d’1.6 million de personnes, ce qui représente en cumulé les habitants des villes de Toulouse,