Energies Marines
Eoliennes du Golfe du Lion : JDR et SDI vont fournir les câbles

Actualité

Eoliennes du Golfe du Lion : JDR et SDI vont fournir les câbles

Energies Marines

RTE (Réseau de transport d’électricité) et Les éoliennes flottantes du golfe du Lion (LEFGL, regroupant Ocean Winds, société commune d’Engie et EDP Renewable, et la Banque des Territoires) ont annoncé la signature de deux contrats pour la fourniture des câbles du projet pilote au large de Leucate-Le Barcarès. Ils ont été remportés par un consortium formé par SDI (Société de dragage international, filiale basée à Lille, de l’armement belge Deme), qui assurera la pose des câbles, et JDR Cable Systems LTD, entreprise écossaise qui les fabriquera. Ils devraient être en place à l’automne 2022, pour une mise en service du champ début 2023.

Le premier contrat, signé par LEFGL, le porteur de ce projet pilote, concerne les deux câbles dynamiques de 66.000 volts qui relieront électriquement les trois éoliennes de 10 MW chacune. Longs de 1000 mètres, ces câbles ont une partie statique, reposant sur le fond, et une autre dynamique, à proximité des flotteurs.

Le second contrat, signé par RTE, concerne le câble d’export. Il reliera l’éolienne de tête au poste électrique à terre, situé à Saint-Laurent-de-la-Salanque. Ce câble, beaucoup plus long, mesure 21 kilomètres : 300 mètres de câble sous-marin dynamique, 18 kilomètres de câble sous-marin statique enfoui dans le fond, et enfin 3 kilomètres de câble sous-terrain jusqu’au poste relié au réseau électrique national.

(© RTE - LEFGL)

(© RTE - LEFGL)

 

RTE et LEFGL précisent que ces câbles dynamiques nécessitaient une technologie « spécifique et innovante » pour être en mesure de supporter les mouvements du flotteur. Les contrats signés, l’ingénierie va commencer cet été et la fabrication dans l’année. Câbles et accessoires subiront des essais de fatigue pendant 6 mois qui reproduiront les mouvements des flotteurs. Les câbles seront ensuite installés par un câblier de 140 mètres.

Le champ sera constitué de trois éoliennes flottantes Vestas V164-10.0 MW équipées de trois pales de longues de 80 mètres. Elles reposeront sur un mât de 104 mètres posé sur une fondation flottante PPI, conçue par Principle Power (flotteur en acier en forme de trois colonnes cylindriques). Les flotteurs seront réalisés par Eiffage. Ce projet est le premier projet éolien flottant à avoir été définitivement autorisé en France. Il fait partie des quatre parcs pilotes d'éoliennes flottantes attribués à l'issue d'un appel d'offres en 2015-2016 avec chacun des technologies différentes (turbines et/ou flotteurs). Deux autres sont également en Méditerranée, à Gruissan (Eolmed avec 3 machines de 10 MW Vestas sur flotteur Ideol) et Faraman (Provence Grand Large, 3 éoliennes Siemens-Gamesa de 8.4 MW et flotteur SBM Offshore), alors que le quatrième est situé sur la façade atlantique, au sud de la Bretagne (Ferme éolienne flottante de Groix & Belle-Ile, 3 éoliennes Vestas de 9.5 MW sur flotteur Naval Energies). 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.