Croisières et Voyages
Escale: Ne plus avoir peur de visiter Belfast

Reportage

Escale: Ne plus avoir peur de visiter Belfast

Restée tristement célèbre pour ses émeutes entre Catholiques et Protestants, la capitale d'Irlande du Nord est en pleine mutation. Une page d'histoire se tourne progressivement.
Croisières et Voyages
Par Karen Jouault

Belfast est malheureusement connue pour ses attentats et la guerre civile - qui n’a jamais dit son nom - entre catholiques et protestants, une période appelée pudiquement « Les Troubles ». Cependant, la capitale d’Irlande du nord change et, même s’il y a toujours des tensions, la plupart de ses 500.000 habitants veulent aujourd’hui passer à autre chose et reconnaître Belfast pour ce qu’elle est vraiment : une cité maritime en plein développement. Belfast a été fondée en 1177. A l’époque, ce n’était qu’une forteresse, la ville actuelle étant issue de la Révolution Industrielle. Les huguenots Français ont contribué à son développement quand, en 1685, avec la révocation de l’édit de Nantes, ils s’y installèrent et stimulèrent la croissance de l’industrie du lin. La ville connaît un essor industriel au XIXème siècle, avec l’extension rapide de ses usines de filature et de son port. Entre 1916 et 1918, Belfast est la capitale industrielle de l’Europe grâce à son port et ses diverses usines et manufactures (tabac, distillerie, lin…) A cette époque, le port possède la plus grande cale sèche du monde, qui a vu la construction du paquebot Titanic, en 1911. Aujourd’hui l’industrie portuaire est en crise, mais la grue des chantiers Harland & Wolff reste l’emblème de Belfast. Belfast entreprend d’ailleurs de revitaliser cette histoire maritime en créant un projet touristique appelé Projet Titanic. A cet effet, une réplique du tristement célèbre liner doit voir le jour et le transbordeur SS Nomadic, dernier des bateaux de la compagnie White Star, a été acheté en France en Janvier 2006 (*). Mais Belfast est aussi une ville culturelle en plein mouvement. Après des années de Troubles oú tout écrit était contrôléé, les jeunes artistes d’aujourd’hui ont des choses à dire. Pendant longtemps, les groupes de musique n’étaient autorisés qu’à jouer des reprises, ce qui permettait aux instances gouvernementales de surveiller de près ce qui était "chanté". Aujourd’hui la jeune scène musicale n’a plus peur de parler de politique et des groupes, tels que Snow Patrol, se multiplient.

Dynamisme culturel

Les festivals aussi se multiplient à Belfast. Que ce soient « Queen’s Festival » en Octobre, « Belfest » en novembre ou le « Cathedral Quartet Arts festival » fin avril, la cité est maintenant une ville dynamique. De plus, tous les pubs de la ville accueillent des groupes locaux, occasion de profiter d’une multitude de petits concerts. Faites un tour au Limelight (Ormeau Avenue), Auntie Annie’s (Dublin Road) ou au Botanic Inn (Malone Road), que tout le monde appelle le « Bot », un vendredi ou un samedi soir et vous comprendrez vite que Belfast est un endroit qui bouge… Les élus locaux appuient cette dynamique, avec la construction de grosses structures de loisirs. The Odyssey en est un parfait exemple. Ce grand complexe rassemble pubs, restaurants et cinémas. C’est aussi un point de rencontre pour toute la population « trendy » (à la mode) qui passe ses soirées au Bar Seven ou au Basin. The Odyssey a un grand hall qui permet d’accueillir également des concerts et des compétitions sportives. L’équipe de hockey sur glace de Belfast, les Giants, y joue ses matchs à domicile. Cependant, des salles comme Ulster Hall ou Waterfront sont plus intimistes et offrent des concerts de qualité, comme ceux de l’orchestre philharmonique de Belfast ou dans un genre complètement différent, ceux de Divine Comedy, Belle and Sebastian, Doves…

Pour ceux qui préfèrent les pubs traditionnels, une seule adresse : The Crown Bar. Ce pub situé sur Great Victoria Street a été plusieurs fois la cible d’attentats, directs ou indirects. Cependant le pub continue d’attirer des foules et ce depuis 1885. Lieu marqué par un décor somptueux, il possède encore des arrière-salles où l’on enfermait les femmes et les hommes de clergé, interdits d’accès au bar. Belfast est une ville qu’il faut prendre le temps de découvrir et de visiter. Son architecture et son histoire sont passionnantes. Il est bien sûr conseillé de faire une visite en Black Taxi. Ces taxis noirs vous emmènent dans les quartiers catholiques et protestants où l’on peut voir les « murals », fresques murales qui prônent soit le réunification de l’Irlande (côté catholique), soit l’attachement à la couronne britannique (côté protestant), et le Peace Line, mur de la paix avec ses nombreuses portes, fermées lorsque les tensions entre communautés augmentent. En effet Belfast est divisée en quartiers : si l’est et le sud sont plutôt protestants, le nord et l’ouest sont catholiques. Ceci dit, les divisions s’estompent avec le temps et même si certains secteurs de la ville ont mauvaise réputation, c’est aussi le lot de toutes grandes capitales. Parmi les nombreux lieux à visiter, on notera le Stormont, l’assemblée nord-irlandaise, la Queen’s University, le City Hall, la mairie, le jardin botannique, l’Opéra, et puis le Belfast Castle, le château de Belfast d’où la vue est superbe et qui est aussi le point de départ de plusieurs randonnées dans les montagnes qui entourent la ville.

Pratique

En arrivant à Belfast, allez vous renseigner au Tourist Information Centre sur Donegal Place, en plein centre ville juste en face de la mairie. Un Tourist Information Centre existe également à l’aéroport international de Belfast. Vous pourrez obtenir une liste des musées et galleries de la ville ainsi que des contacts pour une balade en taxi. Cependant prenez garde car certains chauffeurs ont un parti-pris et peuvent vous induire en erreur. Un conseil, essayez de réserver un taxi avec Michael Johnston de Black Cabs Tours (9064 2264 ou www.belfasttours.com) qui offre des commentaires neutres et répond honnêtement à toutes les questions. Il vous en coûtera £7.5. Pour se déplacer à l’extérieur de Belfast, mieux vaut louer une voiture. En effet il ne faut pas compter sur les bus et les trains, souvent en retard. Il existe maintenant des vols directs entre Belfast et Paris pour 150 à 200 euros, un peu plus en période estivale. Cependant, le mois de juillet est à éviter car des émeutes se produisent en marge des processions orangistes. Mieux vaut alors sortir de Belfast et découvrir les merveilles que sont les Sperrins, Dunluce Castle ou la Chaussée des Géants.
____________________________________________

(*)Voir notre dossier sur le Nomadic

Escales